Les maux des GAFAM

Il est de bon ton de critiquer les GAFAM. C’est un sport assez commun. Aussi bien chez les libristes/techniciens qui sont au fait des enjeux techniques de la chose mais également désormais la presse spécialisée voire pas spécialisée du tout.

Bref le discours devient assez connu et commun. C’est bien.

Par contre le remède n’est que très rarement abordé.

Un remède mais pour quelle maladie ?

La maladie en elle-même n’est pas unique. Le terme “GAFAM” c’est déjà trop générique et pourtant ça regroupe des maux radicalement différents.

Et si on essayait de décomposer cet accronyme et voir un peu ce que ça regroupe ? La liste qui suit ne sera pas exhaustive du tout mais donnera un bon aperçu.

G

Google, le fameux moteur de recherche.

Ha le bon vieux temps où ce n’était qu’un moteur de recherche est révolu mais bon qu’est-ce qu’on leur reproche désormais ?

  1. Hégémonie sur la recherche web : ils font la pluie et le beau temps sur la visibilité d’un site web. Si demain ils modifient leur algoritme d’indexation, ils peuvent chambouler la vie d’un site web (en bien ou en mal).
  2. Hégémonie sur le navigateur web : ils font la pluie et le beau temps sur la façon dont le web évolue. S’ils décident d’utiliser de nouvelles balises HTML hors standard bha… tant pis pour les autres. S’ils décident d’ajouter un blocage de pub nativement dans leur navigateur… bha tant pis pour les régie pubs autre que la leur.
  3. Roi de la pub : la pub en elle même n’est pas l’élément génant mais en fait ça veux surtout dire roi de l’espionnage. Ce n’est pas “juste de la pub”. La pub que vend Google à ses clients est ultra ciblée. Et pour cibler le pigeon, il faut le connaître par cœur. Donc on l’espionne constamment partout pour recouper les données et monter non pas un simple profil mais une identité complète.
  4. Omniprésent : ils ont une galaxie de site web (google, youtube, maps, plus, …), une myriade d’appareils (android, chromecast, chromebooks, des enceintes, des thermostats, quelques voitures, …), une petite collection d’OS (android, chromeOS bientôt fuschia). Même hors ligne on sent sa présence permanente.

Ça fait peur. On ne peut absolument pas leur échapper sans être très précautionneux et en ayant des connaissances techniques assez poussées. Et le pire c’est que ça ne va pas s’arranger de si-tôt.

A

Apple, la plus grosse capitalisation boursière actuelle (proche du 18ème PIB mondial).

En quarante ans, ils sont passés d’une entreprise pro-bidouilleurs à une église diabolisant la personnalisation, empêchant la réparation et compliquant la propriété privée.

  1. La forme avant le reste : c’est un reproche assez récurrent. Ils préferrent sortir un produit qui sera plus joli/léger plutôt que réparable/upgradable.
  2. C’est comme ça et puis c’est tout : quand on achète un produit Apple, on utilise un produit Apple comme Apple accepte qu’on l’utilise. Très peu de personnalisation, c’est tout verouillé de partout. Une autre personne avec un produit Apple aura le même que vous. Une chance qu’on puisse changer le fond d’écran !
  3. Vous avez le droit de l’utiliser : quand on achète un produit Apple, on utilise un produit Apple comme Apple accepte qu’on l’utilise. C’est tout juste s’il vous appartient. Vous n’avez pas le droit de l’utiliser différemment. Surtout pas utiliser leurs logiciels sur un autre OS ou leur OS sur un autre matériel. Bref on se retrouve vite enfermé dans toute une philosophie, un écosystème… Bref une religion.
  4. Le culte Apple : Ouai c’est fatigant toute cette ambiance qui règne autour. Non, c’est pas forcément mieux pour un graphiste… À l’inverse, c’est pas forcément beaucoup plus cher à matos de même qualité et même intégration. T’as-tu vraiment besoin de remplacer ton matos toutes les cinq minutes ? Non tu n’utilises pas 50% des perfs de ton téléphone actuel, donc les 15% de perf supplémentaires du nouveau te changeront rien.

Finalement on ne leur reproche pas du tout la même chose que Google. Pas de soucis de vie privée. Pas de pistage intempestif. On me signale qu’en fait leurs produits embarquent un SuperCookie permettant d’identifier leurs utilisateurs. En gros on s’en fout un peu d’eux. Ils posent pas trop de soucis, c’est plutôt leur clientèle qui est toxique.

Le moyen facile pour éviter leurs travers est de ne pas acheter leurs produits et c’est bon vous êtes safe.

On peut se réjouir que le “Don’t be evil” s’applique plutôt à eux, car avec les semi-remorques de lingots qu’ils possèdent ils pourraient faire des dégats massifs.

F

Facebook, le grand registre mondial de l’humanité.

Le plus récent des GAFAM et pourtant l’un des plus néfastes mais soit-disant légèrement sur le déclin.

  1. Omniprésence sur le web : il est difficile d’ouvrir une page web sans envoyer une requête vers leur serveur. Partout des scripts, des images, des boutons qui pointent vers leurs machines.
  2. Point d’accès unique : pour de nombreuses personnes l’Internet peut se résumer à Facebook.
  3. Créer des identités vraiment poussées : dans le but de vendre de la pub encore une fois. Un publicitaire peut cibler “les personnes entre 16 et 18 ans de couleur blanche habitant tel quartier à tendance technophile n’aimant pas le rap” et savoir que sa pub atteindra X personnes. Flippant.
  4. Omniprésence qui se répend hors du web : avec le rachat de Whatsapp ils se font une joie de capter les conversations des gens. En sachant que Whatsapp s’est forgé une popularité massive dans les pays en voie de développement grâce à leurs apps tournant sur n’importe quel type de téléphone, le déclin est pas près d’arriver. Et puis ils sont plutôt bien placé dans la VR grâce au rachat d’Occulus. Ha et si vous êtes plutôt Instagram… bha c’est aussi Facebook. Bref…

Là c’est bien moins ragoutant qu’Apple et on a les mêmes travers que Google. Bref pour la vie privée c’est le désastre complet. On a déjà vu/lu des centaines d’articles à ce propos mais c’est réellement un bourbier immense.

A

Amazon, le ptit libraire qui héberge la moitié du net Américain.

Je ne parlerai pas de leur business physique de vente de trucs mais uniquement de leur business informatique.

  1. Tout le monde l’utilise : ils se taillent une belle part de l’hébergement cloud, surtout aux US. Leurs offres de stockage sont également massivement utilisée pour tout et n’importe quoi.
  2. Ils obéissent aux lois US : c’est un reproche à faire également aux autres mais c’est un reproche un point plus génant pour eux dans le sens où en tant qu’utilisateur, on est pas forcément au courant qu’on se retrouve sur leur infra. Et du coup potentiellement on visite un site français mais qui en fait est hébergé par Amazon et du coup potentiellement à disposition de la NSA, CIA, FBI, …
  3. Alexa l’espion à la maison : Bon sur ce point c’est comme le truc de Google. Heureusement personne n’accepterai d’acheter un micro à placer chez soit qui écoute constamment tout ce qu’il se passe à la maison. Hein ! Personne ne ferait ça !

Moins de reproches du fait qu’ils ne sont que prestataire et au final ne touchent pas vraiment les données qu’ils hébergent. D’ailleurs peut-on leur reprocher de se plier aux loi US ?

M

Microsoft, le logiciel mou qui tente désespérément de se faire une place sur l’Internet.

Comme pour Amazon, je ne parlerai que de leurs pratiques concernant Internet/la vie privée.

  1. Leur cloud fait tourner plus de Linux que de Windows : hahahahaahhahahaha. Le plus gros vendeur d’OS proprio qui est l’un des plus gros loueur de Linux. Voilà c’est juste pour les troller.
  2. GAFA, pas GAFAM : ouai pas de bol pour eux, ils se font souvent zapper. Ils existent presque pas sur Internet.
  3. Hégémonie sur les PC : bon allez on va quand même parler de leur position dominante sur les OS grâce à la vente liée et le lobbying massif. Et quand à ça on saupoudre d’un peu d’espionnite dans Win10 et un soupçon de pubs on obtient un OS techniquement en amélioration mais au détriment de l’utilisateur.
  4. Ils chient sur les mails : envoyer du mail chez Microsoft est une plaie. Il faut avoir bonne réputation, mais comment avoir bonne réputation si on peut pas leur envoyer de mail ? C’est simple ! En ouvrant un compte chez eux et en les suppliant de bien vouloir recevoir vos mails. Donc voilà, si vous êtes pas un très gros du secteur bien établi, vous ne pourrez leur envoyer des mails qu’en montrant patte blanche. Appliquer les bonnes consignes des serveurs de mails ne suffira pas.

Bon bha que dire si ce n’est qu’en fait on s’en fout un peu d’eux. Même si ces derniers années ils s’améliorent énormément en découvrant l’Opensource et le Libre, leur faible présence sur le net ne les rend pas trop hostiles en dehors de leur attitude merdique concernant les mails.

Verdict quel est le soucis ?

Bon bha une partie vient de la position dominante dans un domaine.

Donc utiliser des alternatives est déjà un bon moyen de rendre plus inoffensif ces géants.

Ensuite concernant la vie privée, la première chose la plus évidente est d’arrêter de coller nos données ailleurs que chez soit. N’écoutez pas les sirènes du cloud. Le cloud c’est l’ordinateur de quelqu’un d’autre. Et si ce quelqu’un d’autre vous le prête grâcieusement c’est bien pour faire tourner son business et rarement par bonté d’âme (bien que ce soit parfois le cas, hein Framasoft).

Arrêtez de nourrir le cloud !

Ne postez plus vos photos de soirée sur Facebook. S’il vous plaît, épargnez la vie privée de vos enfants qui n’ont pas forcément envie de voir publier leurs premiers instants et les suivants. Cessez de distiller la moindre de vos pensées dans des tweets (tiens j’avais pas parlé d’eux). Je ne vous demande pas de vous couper du monde, juste d’agir plus raisonnablement en le faisant différement et plus posément.

Tout ce que vous poussez dans le cloud sera archivé, stocké, analysé, monétisé et qui sait un jour se retournera contre vous.

Le point Godwin obligatoire

Bon pour enfoncer le clou je me dois de faire cette digression.

Je vais faire court mais si vous voulez plus de détails il existe un livre ainsi que la page wikipedia anglaise qui détaille un peu.

Le régime nazi a travaillé main dans la main avec IBM pour créer une base de donnée (via recensement) de la population allemande dans les années 1930. Cette base de donnée à base de cartes perforées a permis de trier/classer/analyser le recensement avec une précision telle qu’elle a grandement aidé à peupler les camps de concentration.

Il faut bien voir que lors de l’établissement de la base de donnée Hitler n’avait pas encore commencé sa purge massive. Il ne s’agissait que d’un simple recensement utilisant les balbutiements de l’outil informatique. Ce recensement était tout à fait légitime et le monde ne savait pas encore quelle serait l’utilisation de ces données.

Les bases de données de Google et Facebook feraient rêver plus d’un Hitler.

Sachez qu’une fois en leur main, les données qu’accumulent Google et Facebook ne sont très probablement jamais supprimmées. Et gardez en tête que ce qui est légal/normal/admis aujourd’hui ne le sera pas forcément demain.

Montez votre site ouaib !

Plutôt que d’engraisser les vendeurs de vie privée, montez votre blog, votre galerie photo, réfugiez-vous sur une instance Mastodon proche de chez vous. Faites vivre les alternatives que sont les chatons. Utilisez un navigateur web respectueux (non gagner 2ms sur l’ouverture d’une page web n’est pas indispensable).

Alors vous allez vite me dire que ça demande des compétences. Bha oui et non. Vous n’êtes pas obligé d’y aller à fond tout de suite en vous auto-hébergeant et tout. Mais vous pouvez commencer simplement par exemple via l’excellente initiative Framasoft que sont les Framasite.