Un nouveau navigateur pour de nouveaux océans

Ça me pendait au nez. Depuis de très longues années j’utilisait fièrement Opera. Depuis la version 7.11 à vrai dire soit plus très loin de dix ans. Tandis que le panda n’était qu’un piaf je découvrait les onglets (pas vraiment mais j’ai trop honte d’avouer que j’utilisais une surcouche d’ie). En pas loin de dix ans j’ai découvert de très nombreuses features plus ou moins connues ou exotiques. J’ai trifouillé une grande partie de ses ini pour lui trifouiller les boyaux afin de le plier à mes exigences. Un bon vrai navigateur, multiplateforme toujours respectueux des standards et globalement en avance sur la concurrence.

L’arrivée de firefox a commencé à mettre à mal ie au point que microsoft réalise qu’en fait un navigateur mérite des updates espacées de moins de cinq ans. Mais c’était pas encore vraiment un vrai marché concurrentiel. Firefox n’a fait que bouffer des parts de marché à un vieil outil utilisé de tous sans vraiment savoir que ce n’était pas Internet mais juste un navigateur web. On se retrouve au final sur un marché où le vénérable ie donne ses parts à firefox auprès des initiés et auprès des Michu se faisant installer un “internet moins virusé”. Pas vraiment de conviction mais bon après tout comment être convaincu par un outil qu’on ne soupçonne même pas en être un.

Puis vint khtml qui fît ses débuts sur les unices pour se transformer en webkit qui deviendra le moteur alternatif qui pourra s’imposer grâce aux mastodontes que sont google le roi de la pub et apple le roi des moutons. Le succès ne peut qu’être assuré. Le marketing aidant et le public commençant à assimiler qu’Internet n’est pas ie, webkit pris de l’ampleur au point de faire pendant quelques temps une microsoftade en réussissant à convaincre des webdev à reprendre de la syntaxe non standardisé comme étant acquise. Bref on arrive enfin à un vrai marché avec trois gros moteur : gecko le moteur des panda, webkit le moteur des pokéball et des tueurs d’animaux et enfin trident le moteur des vieux navigateurs. Ha mais je voulait parler d’Opera ! Cette phrase identifie parfaitement ce qui arrive à Opera depuis… tout le temps. Il ne parvient pas à faire parler de lui, il se fait oublier. Il n’a pas réussi à faire grossir sa communauté en dehors d’elle-même. Pourtant que peut-on lui reprocher ? Sa licence ? Oui c’est vrai il n’est pas opensource. Et ? Bha c’est à peu près tout au final. Les sites non compatibles sont généralement des sites mal branlés ou alors discriminant (merci le spoof-UA). Ce navigateur est bon aussi bien pour les Michu car son interface de base cache bien son jeu. La complexité du navigateur ne se voit pas. Il peut être utilisé comme un bête firefox, a un rendu proche d’un chromium et. Non je trouve pas vraiment de ressemblances avec ie désolé.

Bon fini de tergiverser, je quitte quand même Opera. Je l’aime toujours mais depuis la version 12 il plante. Il affiche aussi une barre inutile avec un bouton de menu alors que je n’en ai cure. Et puis il plante ! Je reviendrai peut-être quand ces points seront réparés…

Je suis donc passé chez les tueurs de mosaïques. Et franchement c’est pas mal un navigateur opensource. Et du coup certaines extensions permettent de le rendre utilisable. Je pense particulièrement à pentadactyl qui octroie au navigateur une vraie interface clavier bien pensée. On saupoudre de ghostery pour virer tout un tas de merde comme sous opera et tant qu’à y être un adblockplus parce que bon faut pas trop déconner. Et pour combler le kikoo qui sommeille en moi j’ai craqué pour une petite extension permettant de contrôler grooveshark depuis la barre de pentadactyl. Et j’obtiens un navigateur pas trop dégueu.

Bon je sais pas combien de temps je vais devoir tenir loin de mon O rouge mais bon… Vous avez remarqué que j’allonge les articles et que je les espace moins. Je vais bientôt vous pondre un article vantant les louanges de vim tiens (teaser toussa toussa). Amusez-vous bien et gare au photon rush.