Accueil d'étudiant étranger à la maison 3/5 : Naoki

Troisième partie sur cinq.

Troisième étudiants à passer à la maison quelques mois.


3- Naoki

L'association nous téléphone pour signaler qu'ils sont en contact avec un centre au japon qui cherche une famille pour un garçon ne parlant absolument pas français ni même anglais. Ils ont cependant une correspondante sur place qui peut nous aider en cas de souci. On accepte volontier ça va être un défi radicalement différent!

Là, on part dans une culture qui nous est bien moins famillière et surtout sans langue commune. Bon on est assez geeks et on a maté quelques animés et tout mais ça ne fait pas de nous des otaku prêt à affronter la langue sans sous-titre.

On se renettoie de fond en comble l'appart à nouveau avec encore deux trois ptits ajustements et un chouilla de déco, on paufine deux trois trucs et c'est bon Nous sommes parés.

Ça sonne à notre porte avec donc un grand dadet tout timide et la correspondante qui est donc une japonaise vivant en france depuis de nombreuses années. On se présente, on fait visiter l'appartement. On avait prévu un petit apéro gentillet pour faciliter le truc. Il nous a offert du thé macha (on aime pas ça, dommage) mais surtout des kitkat au macha. Et ho putain qu'est-ce que c'est bon ces conneries !

Ce cher Naoki n'a donc aucune notion de français mais en revanche il a son ptit traducteur électronique. C'est bien le cliché japonais à l'œuvre ^__^ . La correspondante nous a apporté des mochis fait maison que j'ai découvert. Rhaaa ça aussi c'est une tuerie.

Bref, c'est parti pour quatre mois. Le premier soir pour le mettre un peu en confiance on décide de regarder Ponyo en japonais mais avec les sous-titre français. Il est aux anges et tweets à ses potes restés au japon une photo avec l'écran de la télé. Je pense qu'on a marqué un bon point direct. :-)

Les premiers jours la communications est très difficile. Mais on parvient à se faire comprendre avec une petite ardoise où avec le téléphone portable et la recherche d'images. Son traducteur électronique c'est pas mal mais quand il me demande d'écrire un mot français dessus et qu'il y a plusieurs définitions … bha … heu … je suis incapable de lui dire qu'elle est la bonne.

Heureusement avec l'école il progresse très rapidement et on arrive assez vite à communiquer suffisamment. Et on finit même par avoir quelques très vagues notions de japonais mais pas vraiment utilisables. Mais par chance même sans comprendre les mots, ses expressions sont tellement appuyées qu'on arrive à comprendre l'étonnement, la surprise, la joie…

C'est d'ailleurs assez marrant de le voir se régaler avec de la bouffe assez classique pour nous. Il est venu avec un petit stock de soba en cas de besoin.

On a fait quelques cours de français avec lui avec notre ptite ardoise. Et c'est là qu'on se rend vraiment compte que le français est super complexe. Il y a plein de règles qui sont tellement ancrées que l'on ne sait plus quelle est la logique derrière et qu'on n'arrive pas à l'expliquer instinctivement. Il nous faut nous poser, réflêchir pour ensuite être capable de la recomprendre et l'expliquer.

Et puis encore une fois il faut expliquer pourquoi certains objets sont masculins et d'autres féminins. C'est d'autant plus troublant pour les animaux.

Il n'avait jamais eu d'animaux de compagnie et est tombé amoureux de notre gros chat Peluche. Ils dormaient parfois ensemble et n'osait pas le pousser quand celui-ci était bien vautré au milieu du lit. Il aimait bien lui donner des croquettes, c'était devenu son ptit tamagochi.

Naoki était très japonais : toujours très respectueux, timide, rien qui dépasse, tout nickel. Quand on est sorti en ville avec lui qu'on a traversé la rue n'importe comment il était choqué. Mais il a vite pris le pli et on sentait que ça lui plaisait de s'encanailler.

Son mot français favoris était “merde”. Au bout de deux mois il parvenait à le placer comme un bon français. Ça semblait venir naturellement, au bon moment avec la bonne intonation. Il se régalait.

Il avait choisi la formule demi-pension. Il adorait la bouffe qu'on lui faisait. Par contre c'est assez dur de tenter de faire des plats variés. Son plat favoris était une variation familliale du mate-faim : des pommes de terre cuîtes à la graisse de canard, des lardons et quelques œufs très baveux mélangé en simili-omelette.

Un point marquant pour lui a été la taille de nos supermarchés. Le petit qui se situe dans ma rue lui semblait déjà immense avec tellement de produits différents. Mais quand on l'a amené dans l'hyper du secteur il n'en revenait pas. Si vous voulez impressioner un japonais vous savez ce qu'il vous reste à faire…

Le séjour a défilé à la vitesse de l'éclair. On s'était vraiment attaché à ce grand dadet. Notre grand regret c'est de ne pas avoir eu de voiture pour le promener.

La correspondante est revenue le chercher à la fin, il y a eu des pleurs. Et voilà, c'est un adieu.

C'est le premier gars qu'on a eu et c'est assez marrant de voir qu'il était plus empoté et plus casanier que les deux premières étudiantes que l'on a eu. Il n'était pas capable de se faire à manger du tout, il se nourrissait exclusivement de bouffe préfaites qu'il chopait au konbini du coin. Il nous a beaucoup plus donné l'impression d'être un adolescent. Mais du coup il était beaucoup plus à la maison avec nous et c'était une très chouette expérience !


Ce séjour nous a paru assez court. Le temps a défilé à une vitesse incroyable.

Au final les soucis de communications n'ont pas été compliqué et ça a été une joie constante de lui faire découvrir de la bouffe française. Umai !