Mes visionnages

Une petite liste des films que j'ai vu avec une mini-critique sur mon ressenti.

C'est également classé par réalisateurs et acteurs.

C'est pas exhaustif du tout mais j'y travaille petit à petit.

Splice

Film de science-fiction tirant quelque peu vers l'horreur de 2009. On suit un couple de scientifique travaillant à créer des êtres à base d'ADN provenant de diverses espèces. Leur but est de parvenir à synthétiser des molécules afin de créer des substances médicales. Bref, notre couple parvient à créer un couple de … trucs (?) dans le but d'en extraire des composés chimiques. Malheureusement business is business, leur labo doit parvenir à en faire une utilisation commerciale rapidement et donc souhaite les réaffecter sur d'autres projets proches mais différents.

Unhinged

Un des rares films sortis en salle cette année aux US. On suit Rachel Flynn la maman de Kyle Flynn qui semble s'enticher de Andy son avocat l'aidant grâcieusement dans son divorce avec son ex. Elle vit avec son frêre Fred Flynn qui est fiancé à Mary qui sont donc en coloc dans leur baraque qu'ils vont probablement devoir revendre. Bref, tous ses noms n'ont aucun intéret puisqu'en vrai c'est Tom Cooper qui va être l'élément perturbateur.

Pandorum

Alors que ce film devait être le premier épisode d'une trilogie, les critiques mais surtout le résultat au box-office font que c'est le seul et franchement c'est dommage. La Terre devenant invivable, l'Humanité s'allie pour construire un énorme vaisseau pour s'enfuire vers une distante exoplanète. Le vaisseau héberge environ cinquante mille personnes dans l'espoir de coloniser et perpétrer la race humaine. On assiste au réveil en catastrophe du Caporal Bower qui subit une forte amnésie suite à un hyper-sommeil un peu long.

Aniara

Hey un film suèdois et en plus c'est de la science fiction ! En plus l'une des premières images est un ascenceur spatial (on en voit vraiment pas assez dans les films) du coup ça y est j'étais déjà captivé dès le début. On suit donc le quotidien de passagers fuyant la Terre devenant de plus en plus hostile pour l'humanité (merci la pollution toussa toussa). On est d'ailleurs assez proche d'une croisière sauf que la direction est Mars.

Better Watch Out

Ce film pourrait être de saison pour Halloween mais en fait non c'est plus un film de Nowel. On retrouve ici les deux gamins présents dans The Visit (excellent film d'horreur je vous le recommande fortement). Ils sont complétés d'un troisième. Une bonne famille américaine doit aller fêter nowel en soirée mondaine et décide donc de faire garder leur gamin de 12 ans par leur babysitter habituelle. Le gamin déclare sa flamme auprès de la babysitter qui le repousse et petit à petit il s'avère que ça ne sera pas une soirée tranquille.

The Rover

Un film rèche, aride, impitoyable à l'image de son environnement et des protagonistes. On est dans l'Outback australien, enfin on suppose, mais soit apparemment c'est dans un futur pas si éloigné. La société s'est effondrée (ou alors c'est ptet déjà comme ça là-bas, qu'en sais-je ?) et visiblement Guy Pearce n'a plus grand-chose sauf sa voiture. Pas de bol pour lui, trois types armés et blessés pour l'un crashe leur bagnole à proximité de la sienne et du coup lui chourre.

Books Of Blood

Trois histoires tirées des romans de Clive Barker dans un film. Clive Barker est un romancier habitué à sortir des histoires d'horreur pas mal du tout. Il a même réalisé le super Hellraiser avec ses fameux cénobites. Donc c'est quand même un truc avec du lourd derrière. Les Books Of Blood sont une série de romans horrifiques. Apparemment il devait y avoir une série de film, puis éventuellement une série pour au final y avoir ce film de près de deux heures mais avec trois histoires.

Midsommar

Visionnage du 06/10/2019 Quel film intriguant. Ça commence comme un gros drame, puis ça part dans l'insouciance à partir de la moitié du film c'est le malaise incessant. Et le pire c'est que lorsque tu crois être arrivé à l'apogée du malaise et PAN ! Une couche supplémentaire de malaise. Le rythme assez lent n'aide pas à se dissiper ce sentiment oppressant. Déjà de base j'ai tendance à trouver très étrange les communautés isolées et tout ce qui est respect des traditions mais alors là le combo des deux c'est l'horreur.

Mission Impossible 6 : Fallout

Une saga désormais bien huilée avec ses gimmicks, ses acteurs récurrents, ses histoires similaires, ses décors grandioses. Peu de surprise dans cet épisode. On a donc la brochette d'acteurs assez stable désormais (on a quand même perdu Jeremy Renner) même si ce coup-ci Rebecca Ferguson est plus en retrait par rapport au précédent mais c'est ptet parceque visiblement elle était enceinte. Pour une fois, c'est la suite directe du précédent et d'ailleurs il ne sera pas simple à suivre sans voir le précédent.

Mission Impossible : Rogue Nation

Qu'est-ce que j'aime pas cette manie dans les sagas de film de ne pas mettre le numéro. Du coup si on est pas parfaitement au taquet, on peut pas trop savoir quel épisode on se fait. Typiquement Mission Impossible - Rogue Nation … c'est le combien ? Et bhé c'est le 5, parceque déjà au 4 ils sont partis sur ce même délire. Du coup je l'ai matté et je me suis dit “Tiens je l'ai déjà vu elle !

The Drop

Tom Hardy est un barman plutôt tranquille qui bosse avec son cousin dans un bar appartenant à la mafia Tchétchène. Ouai ça plante le décor. Le bar a tendance à accueillir de temps à autre de grosses sommes de pognon en provenance de paris mais cela n'arrive que quelques soirs par-ci par-là. Un soir qui n'est pas un de ces soirs là, il se fait braquer par deux hommes pour un coup d'essai.

The Man From Earth : Holocene

Alors que le premier film se voulait très simple avec peu de décor, peu d'histoire en étant principalement constitué de discussions, là le réalisateur a sorti le grand jeu. Là, c'est un film bien plus habituel avec des enjeux, des lieux différents, plus d'acteurs, des rebondissements. On retrouve le Professeur Young (son nouveau nom) qui est donc, je le rappelle pour ceux qui n'ont pas vu le premier, agé d'au moins 10 000ans sauf que visiblement il commence à pas mal vieillir.

Pitch Black

Film avec un budget assez conséquent mais avec pas mal d'ambition. On est ici dans de l'horreur/action/science-fiction avec une identité visuelle assez forte. Un vaisseau spatial est en plein vol interstellaire avec son équipage en hibernation quand il subit … des trucs. Bref, le capitaine est tué, le reste de l'équipage est réveillé et tente de poser l'engin qui se décompose petit à petit sur la première planète venue. Non sans mal, ils arrivent au sol avec à peu près tout le monde intact dont l'infâme Richard B.

Contact

Je n'avais pas revu ce film depuis sa sortie. Et je n'en avais pas un grand souvenir. Je me souvenais des images connues de ce film avec les bonnes grosses paraboles mexicaines qui bougent toutes mais en dehors de ça je ne me souvenais plus du tout de ce qu'il s'y passait. On suit donc Jodie Foster une astronome recherchant désespérément des signaux extraterrestres. Durant le film on va voyager pas mal puisqu'on commence à Arecibo où se trouve le plus grand radiotéléscope (d'un seul tenant), on ira ensuite au VLA au Nouveau Méxique puis un peu à la maison blance, un peu au japon, un peu partout quoi.

The Man From Earth

Film fantastique/science-fiction que l'on ma recommandé plusieurs fois depuis quelques années. C'est un film avec un tout petit budget qui se passe dans un salon avec de moins en moins de meubles (déménagement en cours). Il s'agit d'une “fête” d'adieu d'un prof d'université interprêté par John Lee Smith avec ses collègues favoris tous profs émérites. Tout le monde se demande pourquoi il décide de partir. Ils ne parviennent pas obtenir de vraie raison, à chaque fois il prétend un besoin de changer d'air qui ne convainc pas grand monde.

Спутник

Et bhé ! Je ne m'y attendais pas du tout à ça. Je pensais lancer un nanar, faut dire que tout s'y prêtait : un film de science-fiction, qui n'a rapporté que 20.000$ aux USA, avec uniquement des acteurs russes, un scénar à base d'alien et qui se déroule dans les années 80. Et puis au final que nenni, le film a beau être russe, il fait du pied à Hollywood.

I Think We're Alone Now

Je suis tombé dessus par hasard. On est donc dans une Amérique post-apocalyptique, on suit le personnage Del incarné par Peter Dinklage. Celui-ci semble être le dernier survivant. Il survit comme il peut en fouillant les baraques et les magasins pour trouver de quoi subsister. Mais au-delà de ça, il nettoie méthodiquement les maisons. Il prend soin de retirer et d'enfouir les cadavres au loin. Il récupère les photos et les archive.

La personne aux deux personnes

Excellente comédie de 2008 réalisé par le duo Nicolas et Bruno. On suit la vie d'un pauvre type, Jean-Christian Ranu joué par Daniel Auteuil. Un comptable noyé dans la COGIP, une boîte bien corporate déshumanisante basée à la Défense. Ranu n'a pas d'ami, vit dans un appart immonde avec une vue sur le passage incessant des bagnoles. Il a des goûts de chiotte en matière de déco, bref c'est le parfait looser.

OSS 117 : Rio ne répond plus

On reprend la même formule qui a fait le succès du premier dans cette suite qui se passe cette fois-ci en 1967. Jean Dujardin est ce coup-ci envoyé au Brésil afin de récupérer des microflims concernant d'anciens collaborateurs français. Encore une fois, une secrétaire agente spéciale lui viendra en aide pour qu'il puisse arriver à ses fins. Bien entendu, toutes les remarques sexistes sont de retours, on a aussi beaucoup le droit au couplet anti hippies et la gêne vis-à-vis de l'homosexualité.

OSS 117 : Le Cair, Nid d'espion

OSS 117 est un espion français des années 50. Le top du top, le meilleur des services secrets français. Il est cependant plus près du Johnny English que du James Bond. Il est mauvais, mais il est bien entouré ce qui lui permet de toujours s'en sortir. C'est bien un film parodique allant piocher dans tout un tas de classique de Hitchcock. Et en quinze ans, certaines de ses répliques sont devenues cultes.

American Hustle

Christian Bale est un arnaqueur plutôt doué qui propose pour 5000$ des crédits à des personnes ne pouvant en avoir auprès de leur banque. Sauf que pas de bol, il n'attribue pas les crédits mais encaisse bien le pognon. Il rencontre Amy Adams à une fête et ils se plaisent pas mal l'un l'autre. Il joue franc jeu et lui dévoile son ptit business et bha ça lui plaît plutôt bien et elle veut en être.

Tenet

Le dernier film en date de mon cher Christopher Nolan. Je ne l'attendais pas du tout jusqu'au moment où j'ai appris qu'il sortait un nouveau film prochainement. Je ne me suis absolument pas renseigné ni même vu de pub, affiche ou trailer. Rien je ne savais pas du tout à quoi m'attendre si ce n'est qu'il y avait une histoire de temps. Voilà, juste ce petit indice et j'étais hypé. Franchement quel réal pour faire un super film avec de l'emberlification de temps ?

Un Jour Sans Fin

Imaginez-vous, envoyé pour le boulot dans un bled paumé qui ne vous enchante guère, sur une mission qui vous fait littéralement chier, super loin de chez vous, avec des collègues que vous n'appréciez pas forcément tout ça pour dix minutes de boulot. Déjà c'est pas la joie. Mais si en plus vous deviez revivre cette journée merdique en boucle sans aucune raison. Chaque fois qu'il se réveille le matin c'est exactement le même jour.

Sphere

J'avais adoré ce film à sa sortie il y a plus de vingt ans (time flies). Le mélange science-fiction et horreur me titille toujours pourtant cette combinaison des genres est un appeau à nanar. C'est donc l'adaptation ciné d'un bouquin du fameux Michael Crichton donc c'est potentiellement à double tranchant. C'est fait par Barry Levinson qui a une filmo assez particulière avec quelques très gros films dont Rain Man ou bien le très étrange Toys.

Color Out Of Space

Ce film est tiré d'une nouvelle de H.P. Lovecraft et bha pour une fois c'est focus sur les monstres mais beaucoup sur l'ambiance, la désorientation, la folie, l'ambiance. Et ça, c'est bien ! De nombreux films ont l'idée d'adapter du Lovecraft et s'orientent vers le film d'horreur orienté action. Alors que bon il y a quand même une énorme part de l'angoisse qui ne provient pas des monstres en eux-mêmes mais plus de tout l'environnement.

Valhalla

Tiré d'un long métrage d'animation des années 80, ce film danois est tout sympathique. On suit les aventures de Røskva et son frère Tjalfe auprès des dieux de la mythologie nordique. Alors qu'ils sont tous les deux dans leur ferme familliale, le ciel s'assombrit. Quelques coups de tonnerre plus tard et voilà que frappe à la porte Loki annonçant sa venue ainsi que de son frêre Thor. Tous deux viennent passer un repas auprès de cette famille.

Brahms : The Boy 2

Alors que le premier film était plutôt sympa, cette suite est … mauvaise. Déjà, l'histoire je vais vous spoiler direct le 1 et le 2 donc désolé mais si vous ne voulez pas la conclusion c'est que ce film est nul alors que le premier était bien. C'est parti pour les spoilers du 1. Dans le 1 on a donc un couple riche qui recrute une nounou pour une poupée dans une grande baraque.

Event Horizon

Event Horizon est un film que je ne connaissais pas. J'ai vu que ça parlait voyage spatial, horreur, toussa je me suis dit banco, un simili-alien. Bon j'avais pas remarqué que le réalisateur c'était Paul W.S. Anderson. Il est à la tête des infâmes Resident Evil, de Mortal Kombat et d'autres merdes. Il a donc pas peur de faire de la merde. Et franchement ça se ressent. On a donc le tout premier vaisseau expérimental top secret pouvant se déplacer plus vite que la lumière qui a disparu lors de son premier vol.

21 Bridges

Deux méchants armés vont braquer un restau où se trouve 30Kg de coke. Le restau est fermé, il ne reste plus qu'un employé (ou le patron que sais-je, mais franchement là je vous retarde en vous faisant lire cette digression alors que bon, on va pas se le cacher, cette information n'a aucune incidence sur le reste du film et pourtant vous venez de perdre trente secondes à lire ça alors que vous auriez pu découvrir la suite de l'histoire bien plus vite mais bon on s'égare) qui sera maîtrisé.

Crank 2

Ce film me laisse un sentiment très mitigé. Lorsque je l'ai vu la première fois j'ai pas mal aimé et ce coup-ci ça m'a laissé un peu plus de marbre. Le film s'appelle Hyper Tension en français mais il aurait été tout aussi bien nommé Hyper Excité. On a donc Jason Statham qui tombe du ciel dans la première scène et se retrouve récupéré par des gonzes louches. Ensuite on le voit en train de se faire remplacer le cœur par un modèle artificiel dans des conditions d'hygiène déplorables.

Mary And Max

Et bhé après avoir regardé Shaun the Sheep : Farmageddon ça contraste. C'est de la pâte à modeler aussi, joliment animée en stop motion mais par contre c'est bien moins coloré. C'est tout tristouille marron enfin "gadouille" quand il y a de la couleur. Sinon c'est du noir et blanc. Il s'agit d'une relation épistolaire entre une jeune australienne et un américain. Les deux sont pas vraiment dans la norme et n'ont pas d'amis.

Hardcore Henry

Ce film a pas mal fait parler de lui à sa sortie pour son côté novateur. Et c'est vrai qu'il est novateur. Il a été entièrement tourné à la Go Pro en vue subjective ; du début à la fin. Le rendu est donc vraiment très énergique. Ça secoue dans tous les sens pendant une heure et demi. C'est vraiment éprouvant. Si vous aimez pas trop les found footages où ça bouge alors là esquivez ce film.

A Shaun The Sheep Movie : Farmageddon

Le studio Aardman est un ptit studio britain qui créer des vidéos d'animation en pâte à modeler (et autres techniques qui s'en approche). Ils sont responsables de la série des Wallace et Gromit mais aussi de quelques films de-ci de-là. Ils n'ont pas énormément de concurrence et pourtant arrive à toujours pondre des films supers. C'est tout coloré, mignon, drôle, universel même sans aucun dialogue. Le boulot doit être colossal !

The Blues Brothers

Film culte de 1980, le film relate la sortie de taule de Jake Blues qui avec son frêre Elwood Blues décident de remonter leur groupe afin de sauver leur orphelinat catholique d'enfance. Ils sont en mission pour Dieu et il leur faut 5000$ rapidement. Ils doivent d'abord réunir les autres membres du groupe qui ont chacun refait leur vie de droite et de gauche. Certains seront plus enclins que d'autres à participer.

Gemini Man

Un des meilleurs tueurs d'une agence gouvernementale quelconque usienne décide de prendre sa retraite à 51 ans. Ce cher Will Smith commence à ne plus trop supporter les atrocités qu'il commet. Mais bon, ça fait moyennement plaisir à son employeur qui préferrait l'envoyer ad patres. C'est un truc vu et revu jusque-là. C'est le meilleur, ils arrivent pas à s'en débarasser du coup ils envoient une nouvelle recrue pour l'abattre. Castagne castagne castagne en Colombie.

Sin City : A Dame To Kill For

Suite de Sin City ce film joue à fond sur son aspect visuel hérité de la BD et sur son ambiance film noir aux personnages border line (mais de l'autre côté). Le film montre de la nudité, ne rechigne pas sur la violence, de l'alcool, des putes, du jeu, il ne manque que de la drogue. On a donc des bribes de différentes histoires quelque peu imbriquées. Les histoires sont plutôt simples et assez prévisibles.

Killing Gunther

Un mockumentaire qui suit une équipe de tueur à gage. Il existe une liste non officielle des tueurs à gage où ils sont classés. Le top de la liste est occupé par un certain "Gunther" et forcément il attire les convoitises. Notre équipe souhaite donc le détrôner en le tuant. On a donc une bande assez hétéroclite allant des jumeaux russes psychopathes, à l'expert en poison, au ptit génie de l'informatique.

Mallrats

Un classique de Kevin Smith. C'est super drôle. On a le droit à tout un tas de situations de plus en plus loufoque le tout enrobé de dialogues délirants. Contrairement à son film précédent (Clerks) on a maintenant droit à la couleur ! C'est un film à tout petit budget et pourtant il arrive à avoir un casting vraiment pas dégueu. Déjà il y a Kevin Smith et Jason Mewes dans leurs fameux rôles de Jay & Silent Bob.

Viy 2 : Journey to China

L'histoire commence dans une cellule de la prison de la tour de Londres. Trois détenus enchaîné les uns aux autres patientent lorsqu'un pigeon voyageur se ramène avec un message. Et là ça devient déjà confus : j'ai pas vraiment compris ce que contenait ce message mais toujours est-il qu'un des détenu écrit un message au dos du papier et renvoie le pigeon. Il annonce être le Tsar de Russie et qu'il est détenu contre son gré toussa toussa.

Grave

Voilà un film un peu trash ! On suit l'arrivée en première année d'une école vétérinaire de Justine. Alors que le bizutage a lieu dans l'indifférence globale, elle va commencer à se découvrir de nouveaux goûts. Elle est plutôt habituée à être la gentille fille, première de la classe, végétarienne qui réussit tout. Mais là, cette nouvelle vie sera l'occasion qu'elle grandisse et se comprenne mieux. Bon, je spoile un chouilla mais c'est suffisamment particulier : elle se rend compte qu'elle est ptet un peu anthropophage.

The Dark Knight

Synopsis détaillé incoming, je vais vous spoile à mort mais franchement vous devriez voir vu ce film. Et puis le spoile n'empêche pas de profiter pleinement du film (au contraire même). C'est parti ! Le film débute directement par une scène de braquage ahurissante. C'est rythmé, ultra joli (caméra Imax, format d'image qui en jette toussa toussa). C'est bien malin avec le plan qui se déroule superbement où les malfrats se tuent tous les uns les autres progressivement dès que leur utilité devient dispensable.

Enemy

Film super étrange. Un homme se rend compte qu'il a un sosie parfait. Voilà j'en dévoile pas plus. Ça sera à vous de déchiffrer le film. Le film est bien lent, il ne s'y passe que peu de choses. Il y a assez peu de dialogues, peu de musiques, peu d'action, peu d'explication. C'est très flou la première fois et à peine moins la seconde fois. Lors de la découverte en salle la première fois, je me souviens de la réaction globale à la fin lorsque le générique arrive “Hein ?

Prisoners

Premier film de Denis Villeneuve que j'ai vu. Sacrée expérience. En Bretagne (sisi je vous jure), deux familles passent un bon moment ensembles. Alors que les ados regardent la téloche et que les parents finissent de dîner, ils se rendent compte que deux gamines de huit ans manquent à l'appel. Après avoir tout fouillé, ils font appel à la police. Un camping-car avait été aperçu plus tôt dans les alentours.

Arrival

Denis Villeneuve est un réalisateur que j'adore. Quand en plus dès l'intro il nous met du Max Richter pour la musique, c'est forcément un combo qui me touche particulièrement. Lorsque j'ai vu ce film au cinéma il y a quatre ans à sa sortie, il m'avait laissé sur la fin. La conclusion ne m'avait pas plus. Aujourd'hui cependant, connaissant le dénouement (enfin je m'en rappelais vaguement) j'ai trouvé ça vraiment super.

House Of Flying Daggers

Je regarde très peu de films chinois et là j'ai fait une exception. Ce film est apparemment issu du folklore chinois et a eu un beau budget. Et le résultat est vraiment super. Visuellement déjà ça claque pas mal. Les décors sont superbes. J'ai d'ailleurs un ptit faible pour les forêts de bambou bien épais. C'est superbe. Les costumes, les armes, c'est vraiment la classe. Et les chorégraphies de baston sont oufs.

Candyman (1992)

Dans le Chicago (je reconnais la Willis Tower grâce à Flight Simulator, c'est dire mon expertise) du début des années 90, on va suivre une étudiante en … trucs … qui cherche à écrire sa thèse sur les légendes urbaines. Une légende est particulièrement populaire, celle du Candyman. Il s'agirait d'une chose qui apparait dans votre dos si jamais vous dites cinq fois d'affilées son nom devant un miroir (ouai le genre de truc qui risque pas trop d'arriver par inadvertance heureusement).

Westworld

Avant d'être une série ayant la lourde tâche de succéder à Games Of Thrones pour HBO, il s'agit avant tout d'un film de Michael Chrichton. L'intrigue est à similaire à celle de la série mais en bien plus simplifiée (forcément vu le format). On est donc dans un monde où a été créé un parc d'attraction scindé en trois parties distinctes visant à recréer des univers différents. On a donc un monde recréant la Rome antique, un autre plus médiéval européen et un dernier concentré sur le Far West.

Prince Of Darkness

Dès les premières secondes, ce film fleure bon le John Carpenter. Je l'ai découvert à l'instant et dès les premières images, on voit le texte du générique et là paf on a le droit à sa font Albertus. On a aussi du synthé quelques secondes plus tard bien dans la veine de ce qu'il fait. C'est plutôt discret mais c'est lancinant et ça monte progressivement sur … très longtemps. Le film est assez cool mais pas non plus ouf.

Jojo Rabbit

Taika Waititi est un réalisateur et acteur en train de monter assez haut ces dernières années. Il a quand même pondu l'un des tout meilleurs films de vampires avec What We Do In The Shadows qui a ensuite été adapté en série (à voir absolument). Il manie l'humour superbement. Et là avec Jojo Rabbit il s'attaque à la Seconde Guerre Mondiale et au nazisme. Mais le pire, c'est qu'il aborde une facette un peu moins explorée qu'est l'embrigadement et la vie du peuple allemand pendant cette période.

The Witch

Vers 1630 aux USA (mais forcément vue l'époque… pas encore les USA), des colons se font chasser de la colonie. Ils seraient pas assez chrétiens (et pourtant vu le discours…) aux yeux des habitants et s'en vont donc seuls habités au milieu de nul part dans la cambrousse. La famille est composée du père qui travaille dur dehors, la mère travaillant à l'intérieur et 4 gamins. L'ambiance est pas des plus jouasse, les récoltes de bouffes n'augurent rien de bon, il fait moche, c'est boueux, isolé, il semble faire froid et pas mal humide.

The Cell

Je n'avais pas vu ce film depuis au moins quinze ans. Je n'avais plus que quelques bribes de souvenirs. En gros je me souvenais que c'était un mec pas bien clean qui s'amusait à enlever des meufs. Il se retrouvait dans le coma en ayant tout de même une victime potentiellement sauvable. Mais ne sachant pas où se trouve la victime, il fallait parvenir à entrer en contact avec lui. Et dans l'histoire il y a une technologie permettant de rentrer dans l'esprit d'une personne via … heu … des combinaisons à l'allure de muscles.

Re-Animator

Datant de 1985 ce film peut effectivement avoir des allures de nanar sur certains points mais il est quand même vraiment très bon. Bien typé années 80, avec une histoire tirée de H.P. Lovecraft, on a le droit à tout un tas de ptit cadeau : du sexe, du sang, du gore, de l'humour, des personnages truculents. Bref, c'est un super divertissement généreux. On est donc dans un hôpital où arrive un nouvel étudiant ayant fait ses premières armes auprès du Docteur Hans Gruber (ouai comme dans Die Hard mais c'est pas le même et puis c'est sorti avant).

Vivarium

Un film super intriguant et mystérieux. Un jeune couple se cherche un nouveau logement. Ils se rendent dans une ptite boutique d'un promoteur visiblement. Le vendeur est particulièrement louche et malaisant. Mais à un point qu'il est difficile de ne pas pouffer de rire face à son décalage. Bref, les voilà partis pour visiter une baraque dans un lotissement flambant neuf. Et c'est … calme … monotone … flippant. Il y a des dizaines/centaines de baraques similaires en tout point dans un ton de vert dégueulasse et ce à perte de vue.

The Taking Of Deborah Logan

Les premières images m'ont fait peur. J'ai cru que ça allait être un énième found-footage de jumpscares. Mais par chance on est pas mal épargné. On a donc une ptite équipe de trois personnes qui s'attèlent à la réalisation d'un documentaire sur la maladie d'Alzheimer. Ils décident contre quelques menues monnaies d'interroger une gentille dame de la cambrousse (tout du moins pas d'une métropole) des states pour suivre un peu son parcours toussa.

The Crazies

Dans une bourgade de l'Iowa, un brave Sheriff et son assistant profitent d'un match de baseball de l'équipe locale (America toussa toussa) lorsqu'un pécor du coin débarque sur le terrain avec un fusil. Le mec semble pas bien clair du coup le Shériff s'interpose et hop en vient à tuer le pauvre bougre qui allait vider son chargeur face à tout le public sur le flic. Le lendemain, un autochtone enferme sa femme et son fils dans un placard puis fout le feu à la baraque.

Bone Tomahawk

Je suis pas trop versé Western, surtout à l'ancienne. Mais à chaque fois que j'en vois un moderne j'apprécie. On a donc un Sherif incarné par Kurt Russell qui devait bosser sur le plateau d'à côté pour Hateful Eight, un brave cowboy, une gachette vaniteuse et un adjoint au Shériff assez simplet mais gentil. Ce beau monde s'en va sauver la femme du brave cowboy des mains d'une tribu d'indiens troglodites cannibales.

As Above So Below

Je ne vais pas vous parler de l'excellent morceau de Behemoth mais d'un film sorti en 2014. On a affaire à une étudiante en … histoire/alchimie visiblement. Elle verse un peu dans diverses mythologies et est sur la piste d'un trésor de Nicolas Flamel : Kenja no Ishi aussi appelée la Pierre Philosophale. On va donc suivre en caméra à l'épaule notre chère surdouée qui parle tout un tas de langues plus ou moins vivantes.

Paprika

Paprika est un film d'animation japonaise réalisé par Satoshi Kon. Il s'agit d'un film assez particulier à regarder. Ça parle de l'utilisation d'une machine nommée Mini DC qui permet de voir et même interagir avec les rêves d'une autre personne. Et son utilisation rend le discernement entre le rêve et la réalité de plus en plus complexe. Et ça, ça devrait vous rapeller Inception. Il faut dire que Christopher Nolan ne s'en cache pas, il s'agit d'une des inspirations majeur du film.

The Gentlemen

Le film commence comme une pub pour la brasserie de Guy Ritchie. Matthew McConaughey se fait servir une English Lord de la brasserie Gritchie. Ça a l'air rafraîchissant et tout et pourtant j'ai peur. Déjà parceque j'aime pas la bière et est-ce que le réalisateur est toujours capable de faire des films de truands ? Sa filmographie récente s'est quelque peu éloignée de ses premières productions. Et je suis vraiment très fan de ses premiers films alors que ces derniers… bha déjà je les ai pas tous vu mais ensuite… bha… Voilà.

Once Upon A Time In America

Il existe plusieurs versions de ce film. Toutes de durée différentes. La version sortie au cinoche aux US fait environ 2h20. La version européenne de cinoche quant à elle avoisinait les 3h40. Déjà on se doute que la version ricaine a été salement amputée. Mais la version que j'ai maté fait 4h11. Si le film peut se permettre d'avoir autant de versions, c'est que … c'est un film qui racontent pas mal de ptits évènement éparses.

The Godfather : Part 3

Et voilà l'épisode qui clôture cette saga. Et bha il est un chouilla en deça mais reste très bon. Il est temps pour Al Pacino de commencer à passer le flambeau des années ont passés et la relève pourrait bien être son neveu de son défunt frangin Sonny. Comme son père Andy Garcia est très sanguin et n'est pas du genre à pardonner facilement. Bref, ça rappel un peu trop son père mais Mike est tout de même décidé à se ranger.

The Godfather : Part 2

Et bhé, quelle suite ! C'est vraiment dans la lignée du premier. Le casting est tout aussi bien choisi et dirigé. Franchement Al Pacino est encore meilleur dans cet épisode. Et puis … l'ultra classieux Robert De Niro est génial mais ça c'est normal à l'époque. Il n'était pas encore en train de s'adonner aux comédies les plus miteuses pour prolonger sa carrière. On a le même genre de décor que dans le précédent, en se baladant un peu plus dans le Nevada ce coup-ci.

The Godfather

Je vois ce film pour la première fois cinquante ans plus tard. Et c'est vrai que c'est un sacré film. Du haut de ses trois heures, j'ai découvert l'origine de très nombreuses références que j'ai croisés dans tout un tas d'autres œuvres. Et du coup le fait de ne le découvrir que maintenant, pas mal de trucs paraissent clichés, ou prévisibles. Mais faut garder à l'esprit que c'est lui qui a créé ces clichés.

Knives Out

2h pour élucider le meurtre Christopher Plummer. Une grande baraque bien cossue, un héritage plus que conséquent, des relations familliales plus que tendues et un détective retord. Le film est assez classique dans sa forme mais pourtant arrive à surprendre à plusieurs reprises. C'est un vrai ptit régale à regarder. À n'en pas douter, Agatha Christie a été une grande inspiration pour l'histoire. À plusieures reprises on se dit “Ha bha ouai c'est X, il y a ce ptit détail qu'on nous a montré sans l'évoquer mais qui rend obvious !

Underwater

Les humains se sont enfin décidé à aller exploiter ce qu'il se trouve au fond de l'océan et ont donc construit d'immenses stations de forage. Nous sommes donc dans la station Kepler située dans la fosse des Mariannes. À plus de 10 bornes sous l'eau. Et là, donc au bout d'une minute de film, tout s'emballe, boum plouf, tout se pète la gueule. De la flotte rentre de partout, ça tremble, ça s'enfuie.

The Banker

C'est l'histoire vraie de deux afro-américains dans les années 60 qui vont monter un business dans l'immobilier et dans la banque pour faire fortune. Sauf que forcément à l'époque ils vont se heurter au racisme ambiant. Tout juste sorti, ce film est vraiment sympa. Déjà, visuellement c'est super propre. Les éclairages et les plans sont vraiment super jolis et travaillés. Et puis les costumes d'époques, les musiques, les voitures, les décors… c'est beau.

The Invisible Man

L'homme invisible. Une histoire vue et revue et qui fascine toujours autant. Franchement, qui ne voudrait pas pouvoir devenir invisible ponctuellement ? Pouvoir visiter des lieux interdits, assister à des réunions/concerts, faire des blagounettes, tuer des gens en toute impunité. Houlla je m'égare. Bref, à la base c'est un roman de H.G. Wells (j'ai du mal avec ce nom, que j'ai tendance à confondre avec Orson Welles et aussi George Orwell.

Birds of Prey

Il vient de finir et que dire… C'est coloré, rythmé, et j'ai pas accroché. Pourtant, c'est vrai que c'est dans la même veine que Guns Akimbo que j'ai apprécié il y a quelques jours. Mais je sais pas, chaque truc qu'il tente ça m'est passé à côté. L'humour ultra forcé en sortant des ptites blagounettes tout le temps bof. Franchement elle brise le quatrième mur toutes les demi-heure et chaque fois l'effet est de moins en moins percutant.

The Platform (El Hoyo)

Ce film est super. Mais vraiment super. Tout se déroule dans une … simili-prison. Dans chaque cellule se trouve deux personnes avec leur lit, un évier et un grand trou au centre. Par ce trou on voit les étages supérieurs et inférieurs où se trouvent d'autres cellules identiques. C'est donc une prison verticale. Il n'y a pas de portes pas de fenêtres à barreaux. Par contre pour le ravitaillement, par ce grand trou central arrive une plateforme qui descend de cellule en cellule avec pléthore de bouffe.

The Hunt

Alors c'est l'histoire d'une bande de riches qui décide d'organiser une tuerie en enlevant une douzaine de personnes. On leur fournit quand même des armes mais ils sont donnés en bétail à l'élite. Voilà ça ressemble un peu à du Battle Royal ou autre. Ça commence d'ailleurs très fort. C'est pas mal foutu. Puis d'un coup ça ralentit et ça s'égare un peu dans des trucs de plus en plus difficiles à avaler.

Guns Akimbo

Je sais pas vous, mais je suis souvent tombé sur le meme où l'on voit l'acteur Daniel Radcliffe tout bien habillé pour son rôle de Harry Potter et une autre image où il est complètement destroy, en peignoir chausson moche, en boxer avec des flingues aux mains. Et bien, ça sort de ce film. Ce film est carrément foufou d'ailleurs ça m'a fait pas mal penser à Wanted, une ptite pointe d'American Ultra, un soupçon Scott Pilgrim et ptet même du Crank.

The Final Member

Un documentaire poignant qui explique la quête d'un musée cherchant à compléter sa collection en obtenant un nouveau spécimen rare. En Islande dans un ptit village se trouve un musée unique au monde consacré à la phallologie. Son directeur et fondateur possède une collection de pénis d'une bonne partie du règne animal mais manque de bol il lui manque celui de l'espèce la plus commune : l'humain. Partant d'une histoire à priori loufoque, le sujet est au final assez touchant et le storytelling, le montage et tout rend le documentaire vraiment cool.

La Cité Des Enfants Perdus

En voilà un film qui a de la gueule ! Sorti en 1995, cette perle du cinéma français est un vrai ptit bijoux. Ce film est une réussite en tout point. L'histoire est originale, l'atmosphère excellente, visuellement c'est superbe, les acteurs ont de l'allure, c'est tordu/crasseux à souhait, les décors sont absolument superbes, les musiques accompagnent bien tout ça dans le ton. Ce film est vraiment atypique et a su devenir culte.

The Greasy Strangler

Et bhé… Que dire ? C'est quoi encore que ce truc ? Ça sort d'où ?! C'est assez déroutant, étrange, perturbant, intrigant, dérangeant, dégoutant, hypnotisant. Je ne pense pas qu'on puisse rester indemne à son visionnage. L'histoire est toute simple, enfin … non. Quoi que si, un père et son fils vivent ensemble. Il y a un tueur en série le Greasy Strangler qui sévit dans les parages. Le fils tombe amoureux, le père aimerait goûter à cet amour.

Uncut Gems

Ce film m'a fait un double effet. Une bonne partie du film, le héros prend une très grosse part du film. Et … bha … il est vraiment insupportable. Ce personnage est relou au possible et a un comportement des plus déplorable. Constamment on a envie qu'il se fasse calmer/maîtriser/contrôler/ramener à la raison. Adam Sandler n'est pas un acteur que j'apprécie, car faut quand même avouer qu'il a une filmographie bien pourrie.

La nuit a dévoré le monde

C'est un film de zombie sorti un peu de nul part. J'en avais pas entendu parlé mais pourquoi pas en ces temps de pandémie. Bref, on suit Sam qui se réveille dans un appart un lendemain de fête. Il est à peu près tout seul, du sang sur les murs et le sol. Il va donc tenter de survivre. Et en fait le film aurait pu commencer sur un carton “This is how you died” tiré de Project Zomboid.

Countdown

Bouh ! Voilà, vous n'aurez probablement pas plus peur maintenant que devant ce film. C'est … mou … mauvais et peu inspiré. Bon bha voilà le concept : une appli de tel qui donne une date annonçant votre mort. C'est vieux comme le web… Sauf que là… houuuuuu … c'est vrai ! On a des bouts de latin dans le code source de l'appli. L'appli contient toute la base de donnée de tout le monde avec la date de péremption.

Doctor Sleep

La suite de Shining. Voilà rien qu'avec ça on sait que ça va être compliqué. Dur de passer après ce premier film surtout quarante ans plus tard. Dur de passer après le bouquin qui diffère également du film. Dur de passer derrière Stanley Kubrick. Dur d'être raccord avec le film et les deux livres. Déjà niveau continuité des acteurs, c'est pas mal du tout. Pour reprendre le rôle de maman Torrance on a Alex Essoe que je ne connaissais pas et qui visiblement en vrai est à des lustres de Shelley Duvall mais qui bien acoutrée/maquillée remplie pas mal le contrat (les ratiches mieux rangées tout de même).

Casino

Sacré film. 3 heures de magouilles, violences, drogues tout cela inspirés de faits réels ayant eu lieu dans les années 70/80 à Las Vegas. On suit donc les tribulations de Sam Rothsein interprêté par Robert De Niro et de son acolyte survolté joué par Joe Pesci. Le premier est globalement toujours calme, en maîtrise, ultra carré alors que le second est un chien sans muselière et bien hargneux. Les affaires à peu près légales de gestion du casino vont pour le mieux avec, on ne pas se le cacher, une partie moins légale qui tourne tout aussi bien.

Snatch

Un de mes films fétiche. Il est génial en tout point. Je l'ai déjà maté un gros paquet de fois mais à chaque fois c'est un régal. C'est dense, rythmé, drôle, bien foutu, la musique pète, l'image est belle, l'ambiance fofolle, les personnages délirants et le casting magnifie le tout. Réellement ce film contient tout et est parfaitement dosé. L'histoire est impossible à raconter. Tout est entremêlé avec différents groupes de personnages éparses qui tôt ou tard se croise, interagissent.

Payback

Tombé un peu par hasard sur ce film j'ai passé un très bon moment. On retrouve un Mel Gibson jouant les durs à cuire voulant récupérer son pognon. On croise toute une palette de vilains de Chicago avec des trognes qu'on retrouve dans tout un tas d'autres films. Les personnages sont assez variés et pour certains assez atypiques. J'aime bien l'aspect très désaturé de l'image avec un étalonnage très bleu, ça rend pas mal avec donc un aspect très froid.

The 6th Day

Un film de science-fiction avec Schwarzy ça devrait être cool, hein ? Ouai avec une intro comme a vous vous doutez que ça pas l'être… J'ai raté mon entrée. Après le clonage de Dolly la brebis, le clonage des animaux est devenu un business permettant de prolonger la vie de nos chers ptits compagnons. C'est un business juteux mais le but est bien entendu d'en faire autant avec les humains sauf que c'est interdit par la Loi.

Raw Deal

Film d'action des années 80 avec Schwarzy que je ne connaissais pas. Je sais pas si le fait de ne pas l'avoir vu à l'époque (et donc de ne pas avoir de nostalgie pour ce film) mais j'ai pas trouvé ça transcendant. C'est pas mauvais mais c'est pas non plus indispensable. Il y a de la castagne, du bourre-pif, des explosions, des bagnoles, des costards, des moustaches mais ça a plutôt mal vieilli.

The Crow

Contrairement aux apparences, ce film se déroule à Detroit avec une nuit et une pluie omniprésente. Ces deux éléments contribuent énormément à l'ambiance sombre, crasseuse, humide et torturée. Le décor est étouffant et la photographie se contraint presque au noir, blanc et rouge. On ne vera pas de bleu à peine un peu de vert lors d'un flashback. On est donc au final dans une ambiance très similaire à Dark City réalisé également par Alex Proyas.

3 From Hell

Troisième opus de la saga Firefly. Quoi ça vous parle pas ? La famille Firefly est la famille de crasseux imaginé par Rob Zombie qui a fait ses débuts en 2003 dans House Of 1000 Corpses et que l'on a retrouvé deux ans plus tard dans The Devil's Reject. On a donc le droit à une suite malgré la fin assez … définitive du précédent. C'est vrai, on a vu le bon Captain Spaulding, Baby et Otis se faire sacrément plomber dans leur bagnole sur fond de Freebird.

Rumble In The Bronx

Jackie Chan a une filmographie bien conséquente. Et je n'en connais pas grand-chose les peu que j'ai vu sont assez sympa. Son style de castagne est très visuel en jouant énormément avec son environnement et les accessoires. C'est super plaisant à voir et le montage donne une illusion de fluidité bien agréable. Ce film est super cliché : le chinois qui arrive aider son oncle aux USA pour son mariage. Il est tout gentil et plein d'empathie pour le mioche voisin handicapé.

The Host

Un scientifique américain ordonne à son grouillot coréen de vider des produits dégueulasses bien toxiques dans l'évier alors que c'est formellement interdit. Quelques années plus tard, une créature bien massive et plutôt véner en a marre de se planquer dans le fleuve de Séoul. On a donc un pitch assez simple qui augure un film catastrophe/action classique. Sauf que *Bong Joon Ho, le réalisateur récemment primé pour Parasites a réussi à y insuffler des thêmes supplémentaires.

Simetierre (2019)

Nouvelle adaptation du roman Simetierre de Stephen King. C'est vrai qu'en ayant revu il y a peu la première adaptation, il y avait clairement moyen de faire un remake pour moderniser l'aspect technique et aussi obtenir un meilleur film en y consacrant plus de travail et de budget. C'est vrai, le premier n'était pas une grosse production et le succès de la sortie de Ça a poussé les studios à voir le film d'horreur comme un genre un peu plus bankable qu'auparavant.

1922

Je sais pas pourquoi mais j'ai vraiment pas accroché à ce film. Pourtant, grosse ambiance, esthétiquement travaillé, une once d'horreur, c'est assez psychologique mais je sais pas. J'ai lutté pour pas m'endormir. Le rythme un peu trop pausé et contemplatif m'ont perdu. Et puis c'est ultra prévisible du coup même pas eu de ptit twist final pour me faire changer d'avis. C'est dommage parcequ'en fait l'environnement sort un peu du lot (les stazunis des années 1920 mais en campagne sans que ça parle de guerre, c'est mine de rien peu commun).

Goodnight Mommy

L'histoire est simple : deux jumeaux attendent le retour de leur mère qui vient de subir une très lourde chirgurgie au niveau du visage. Elle rentre à la maison en ayant effectivement le visage complètement recouvert de bandages. Leur mère leur apparait pas mal changée dans son comportement mais également dans son physique. Voilà comment ça démarre. C'est sacrément intrigant et on passe son temps à tenter de trouver des ptits indices.

Empire Of The Sun

Je ne connaissais pas ce film et je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. J'ai plutôt apprécié, voir la guerre du point de vue d'un enfant n'ayant connu que l'opulence dans une colonie est original. Le côté débrouillard du gosse face aux comportements des autres protagonistes était cool. C'est d'ailleurs marrant de voir Christian Bale tout petit dans son premier rôle. Il a vraiment la même trogne que maintenant c'est choquant à quel point il n'a que peu changé.

Terminator : Dark Fate (6)

Annoncé comme étant l'opus qui doit relancer la licence suite à la perte progressive de l'amour du public (lié à la qualité des films) et bha pas tant que ça. Le réalisateur a été un peu aidé au niveau du scénar par James Cameron mais sans plus. Il est quand même pas mal. Il relève effectivement le niveau. Mais il est vraiment pas au niveau des deux premiers. Quel plaisir de revoir Sarah Connor et même John au début du film.

Gerald's Game

Sacré film. Un concept tout simple mais une réal au top, un scénar tout bien foutu, des références en veux-tu en voilà, des musiques… ha non il n'y a pas de musique. Ce film est vraiment cool. Un couple tente de raviver la flamme et partent dans leur maison secondaire au milieu de nul part pour un week-end coquin. Mais le viagra aidant, le mari fait un AVC. Le hic, c'est qu'il venait de menotter sa femme au lit, elle se retrouve coincée devant le cadavre de son mari.

Jay & Silent Bob : Reboot

Rhaaa quel film chaotique. On retrouve quasiment tous les acteurs ayant déjà bossés avec Kevin Smith. Ce film est un petit cadeau pour les spectateurs mais aussi pour le réalisateur. Si vous avez déjà vu un de ses films vous allez forcément reconnaitre des têtes, des références, des caméos… J'ai vraiment beaucoup aimé. Mais faut dire que j'aime beaucoup les films de Kevin Smith. Et ce film est des plus méta.

Cell

Ce film de zombie c'est la douche froide. Les effets spéciaux … spéciaux (cheap) n'aident pas à faire passer la pilule. Autant il y a le ptit côté survie en milieu urbain rempli de zombies. Et de l'autre… bha … on rencontre des personnages auxquels on parvient pas à s'attacher. Le scénar est vraiment pas terrible. Mais surtout la fin. On a pas compris. J'ai eu l'impression qu'on nous a montré successivement les différentes fins possibles et que c'est au spectateur de choisir celle qu'il veut à la fin.

Mercy

Une grand-mère qui se fait virer de la maison de retraite de part son comportement particulier. Une mère seule avec ses deux gamins qui retourne dans la maison de la grand-mère pour s'occuper d'elle. Dans le derche du monde, bien isolé. Et pour faire vite, la grand-mère a pactisé avec un démon pour parvenir à avoir des enfants suite à ses fausse-couches. Du coup, elle est en effets très particulière. C'est … meh.

Carrie (2013)

Remake du film culte (surtout aux US) de l'année 76, il s'est attelé à moderniser un peu le film afin de lui faire gagner un public plus djeuns. Faut dire que du haut de ses 40 ans les nouvelles générations pouvaient probablement moins se sentir proche de ces ados. De ce point de vue c'est plutôt réussi. L'arrivée des téléphones portables, d'Internet et de la publication de vidéo pour faire du public-shaming rend pas mal.

Dolan's Cadillac

C'était chiant. C'était longuet. L'histoire est pas mal, hein, mais fallait pas l'étirer autant. En trois quarts d'heure c'était plié mais non il fallait en faire des caisses et tout. Lors de sa balade en canasson quotidienne, une meuf aperçoit de multiples meurtres de ce qui ressemble à de la traite des femmes par deux mecs en costards. Ils la voient, ils veulent la tuer. Ils la tuent plus tard et du coup le mec de la canassonneuse veut se venger.

1408

Bien qu'assez peu connu, c'est un très bon film. John Cusack est un écrivain assez con au premier abord. Il est spécialisé dans les bouquins un peu naze de Top 10 des X les plus hantés. C'est pas un écrivain à grand succès non plus mais suffisamment vendu pour en vivre tranquillement. Il croit pas du tout aux esprits/fantômes et compagnie même s'il écrit sur le sujet. Ce n'est qu'un job pour lui et du coup il va aller dans une énième "chambre hantée".

The Mist

Troisième adaptation d'un récit de Stephen King par Franck Darabont qui a pour l'instant réalisé un sans-faute. Et je dis bien pour l'instant. On retrouve des acteurs de ses précédents films d'ailleurs mais ce coup-ci on est dans un registre bien différent. On est ici dans un film bien plus horrifique et surnaturel. J'aime beaucoup l'histoire, c'est basique mais efficace : une brume étrange tombe sur un bled du Maine (le seul indice que j'ai perçu c'est le titre du journal local le Castle Rock Times).

Secret Window

Un écrivain (ouai c'est une histoire de Stephen King donc c'est un écrivain le protagoniste) vivant reclus dans sa baraque de campagne telle une loque car en instance de divorce va être accusé de plagiat. Notre pauvre Johnny Depp va se faire harceler par John Turturro. Jusque-là c'est assez classique mais c'est bien fait. Les acteurs sont bons, les décors jolis, les musiques heuuuu m'en rapelle pas, il y en a ?

Riding The Bullet

Rhaaalalala ce que c'est à la ramasse. C'est chiant, moche lent, mal joué. Les interactions entre les personnages sonnent tellement faux. Rhaaa mais qui a fait ça ? Mick Garris ? Hmmm ça me parle vaguement, j'ai déjà vu ce nom. Haaaaa ! C'est lui qui a commis Sleepwalkers. Et bha 12 ans de plus au compteur ne lui ont pas donné l'expérience nécessaire pour se rendre compte qu'il accouche d'un navet.

Dreamcatcher

Dis donc c'est une vraie montagne russe ce film. On découvre une bande de mec adultes potes, on a un chouilla de leur background et là on a le droit à un flashback : des préados, marchant le long d'une voix ferrée et là on se dit qu'on va avoir droit à un ptit film sympatoches sur les relations amicales toussa. Puis, le flashback prend fin, on se rend compte que certains personnages seraient doués de pouvoir de télépathies ou truc du genre (on sait pas trop exactement qui et dans quelles mesures).

Hearts In Atlantis

On retrouve pas mal de thêmes récurrent des histoires de Stephen King ici. C'est un écrivain, nostalgique ressassant de vieux souvenirs d'enfance des années 60 avec de légers dons de télépathies qui rencontre un ancien ayant manifestement aussi des dons et étant bienveillant avec lui. Toute ressemblance avec d'autres films est purement fortuite. Bon après, c'est pas mauvais ni rien mais l'histoire part dans certaines directions sans jamais rien donner jusqu'au bout.

The Lighthouse

On a là un film bien singulier. C'est un film en noir et blanc avec un format d'image presque carré et un son en mono. C'est un film atmospherique, oppressant, calme mais éprouvant. Très psychologique et plein de références assez obscures pour moi. C'est l'histoire de deux mecs qui doivent s'occuper de leur phare pendant un mois. Loin de tout, bravant des tempêtes, en autarcie. Petit à petit l'alcool coule à flot, les relations ne se détendent pas et la folie guète.

La Ligne Verte

Un sacré tire-larme ce film. Mais qu'est-ce qu'il est bien. Après avoir réalisé The Shawshank Redemption, Frank Darabont nous replonge une nouvelle fois en prison. Cependant ce coup-ci on est en 1935 pour suivre le bloc E ayant donné son surnom au film de part son sol couleur vert pomme. Il s'agit de la section de la prison où sont interné les taulards condamnés à mort attendant l'application de leur sentence.

Interstellar

Ce film est magistral. Sans dec, à chaque visionnage c'est une grosse baffe. Ce film est beau, l'histoire est top, tout un tas de sujets sont abordés, scientifiquement ça a de la gueule, une part de fantastique (sisi j'insiste) et la musique qui accompagne est nickel. Franchement, je sais que je suis légèrement fanboy des films de Christopher Nolan mais celui-là est probablement mon préféré. C'est de la science-fiction vraiment haut de gamme qui sait rester sobre visuellement.

Apt Pupil

J'ai trouvé le film assez meh. Le postulat de base d'un gamin qui en un clin d'œil reconnais un nazis 50 ans plus tard me semble déjà farfelu. Qu'ensuite il parvienne à recueillir tout un tas de preuve et tout… pareil je n'arrive pas à le croire. Tout ça dans le but d'assouvir une curiosité malsaine. Mouai. Non j'ai vraiment eu du mal à rentrer dedans. Et à vrai dire, il n'y a que vers la fin du film que j'ai trouvé que ça remontait la pente.

Thinner

Ce film est assez peu connu. Et en fait ça on le comprends assez vite. C'est difficile de choisir entre le film fantastique et la comédie. Constamment on ne sait pas trop quoi penser de ce film. Malgré son heure et demi on a le droit a des séquences pas trop mal puis à de la grosse boufonnerie. L'histoire en elle-même est pas trop mal mais la montée en tension est vraiment peu crédible.

Dolores Claiborne

Wow super découverte. Je n'avais jamais entendu parlé de ce film. Visiblement il est loin d'être populaire mais pourtant c'est un sacré film. L'histoire est vraiment cool, les actrices sont ultra-crédibles. Sérieux Kathy Bates est une actrice qui déchire tout. Déjà dans Misery elle en jetait un max mais là, elle est encore plus mise en valeur dans ce film. D'ailleurs je suis pas sûr que ce film passe le test de Bechdel inversé.

The Mangler

Un petit film sans prétention très très typé années 90. On oscille entre le film fantastique, le film d'horreur, le film d'action et le bon gros nanar qui tâche et c'est tout ce qu'on en retiendra. Sérieux, c'est vraiment mauvais. L'histoire est vraiment mauvaise, la musique insipide quand elle est là, le jeu des acteurs est à côté de la plaque, les lumières criardes dégueulasses, seule la machine a un minimum de gueule.

The Shawshank Redemption

Voilà un film que j'adore tout particulièrement. L'histoire prend place à la fin des années 40 dans la prison de Shawshank. Et comme d'hab c'est pas toujours bien clair mais il semblerait que c'est en fait une prison proche (ptet même sur la commune) de Castle Rock. C'est le premier long métrage de Frank Darabont qui ne fera pas une carrière très pleine mais qui nous honorera de 3 adaptations de Stephen King.

The Irishman

Je viens tout juste de finir le film (le générique tourne en fond) et en fait je sais pas. Autant j'ai vraiment adoré l'histoire et tout mais de savoir que Scorcese a 76 ans, que tous les acteurs du film ont la même tranche d'âge et de voir que la fin du film ils sont tous mort… Ça sonne trop comme un film d'adieu. Je n'ai pas été assidu dans la filmographie de Scorcese mais les quelques films que j'ai maté m'ont pas mal marqué (sauf Hugo Cabret).

Dark City

Un sacré film assez méconnu et pourtant avec une palanquée d'atout. Comment se fait-il qu'il ne soit pas plus connu et reconnu ? Il a tout pour être un film culte : une esthétique entre La Cité Des Enfants Perdus et The Crow, des antagonistes entre les cénobites de Hellraiser et le juge DeMort de Qui Veut La Peau De Roger Rabbit, des effets à la Inception et une histoire qui pourrait sortir de The Twilight Zone.

Ad Astra

James Gray est un réalisateur mal aimé et qui peine à produire des succès commerciaux. Et pourtant il arrive à sortir des films avec de gros budgets et des gros castings. Et Ad Astra est l'un de ses plus gros succès bien qu'il n'ait pas réussi à ramener tant d'argent que ça. On a le droit à voyages interplanétaire des plus somptueux. Les images sont vraiment de toute beauté malgré une tentative de poursuite du réalisme.

Joker

Probablement l'un des films le plus marquant de 2019. La bande annonce voulait jeter le doute (et ça a fonctionné) : Est-ce un drame français comme on sait si bien les faire ? Et bien non, c'est un drame mais américain sur un personnage fictif mais tellement bien foutu qu'on croirait un vrai biopic sincère et tout. Les adaptations de DC Comics c'est toujours la roulette russe. Il y a beaucoup de daubes mais il y a quand même des fulgurence (merci Nolan).

Needful Things

Nous revoilà à Castle Rock pour une histoire fantastique avec notre cher Shériff Alan Pangborn. Aujourd'hui dans notre paisible (keuf keuf) ville une nouvelle boutique ouvre ! Pas de bol il ne s'y vend que des objets mystérieux affectant leurs acheteurs. L'histoire est assez connue (même reprise et moquée dans un épisode de Rick & Morty) mais efficace. La réalisation est simple sans vraiment d'artifice et à peine un soupçon d'effets spéciaux numériques pas terribles.

The Dark Half

Un film assez méconnu pas excellent mais pas pourri non plus. Il est pas mal typé années 90 mais il reste regardable quand même. C'est une histoire bien Stephen Kingesque (normal) qui parle d'écrivain, de pseudonyme, de part sombre, de vengeance. Le titre est un gros spoiler. Bon qui qui c'est qu'on retrouve dans ce film ? Dans le rôle principal on a le droit à Timothy Hutton qui a fait le père de famille dans The Haunting Of Hill House (super série sur Netflix) en vieux.

Sleepwalkers

Attention ! */!\ Alerte au navet /!* Voilà ce que je redoutais dans le marathon Stephen King. Après les années 80 qui ont vu l'apparition de quelques films avec pas mal de succès. Les années 90 ont senti le filon et on voit des films à petits budgets sans grande envergure avec des équipes de bras cassés. Le casting est sans saveur, visuellement c'est moche (surtout les éclairages), le scénar est directement du Made in Stephen King et visiblement c'est pas un bon point.

Rock'n Rolla

Guy Ritchie est un réalisateur qui m'impressionne beaucoup. Il a commencé sa carrière en sortant Arnaques Crimes & Botanique de nul part. Il a direct enchainé en sortant Snatch. Pan une seconde claque encore plus massive grâce au succès du premier. Il prend une ptite pause pour sortir une merde et un film pas mal mais en deça. Et là il nous sort Rock'n'Rolla. Wow quel film mes amis ! Chaque visionnage est un régal.

Misery

Première adaptation de Stephen King des années 90. Ça ressemble un peu à un téléfilm à cause d'une image assez particulière, un éclairage assez cheapos et très peu de décor. Mais au final ce film est génial. L'histoire est assez courte : un écrivain a un accident de bagnole et est récupérée par une fan. Cette fan est très fan, mais alors vraiment très fan au point de vouloir se le garder.

Graveyard Shift

Une tannée ce film. Pas mal d'élément Kingesque : une grosse machine, du surnaturel, des personnages un poil fou mais c'est vraiment nul. Bien qu'il ne dure qu'un peu moins d'une heure et demi, c'est long. Le rythme est clairement inégal et certaines scènes qui ne font pas avancer l'histoire ni ne pose vraiment l'ambiance s'étalent en longueur. Les personnages sont 100% clichés et autant les décors extérieurs ça va c'est joli, mais dans la seconde moitié du film… arg c'est moche et répétitif.

Ready Or Not

Ce film est arrivé un peu comme un cheveux sur la soupe : “Tiens un film d'horeur, allez ça fait longtemps et vue le casting ça doit être une ptite daube habituelle.” Et bien non ! Ce film est vraiment sympatoche. Un famille bourgeoise s'adonne à un rituel un peu particulier lors de la nuit de noce des membres de la famille. Le nouvel arrivant dans la famille doit tirer une carte au hasard qui va définir un jeu qui devra être joué.

Simetierre

Cette adaptation d'un livre de Stephen King est très fidèle. Ce film est vraiment sympa avec son ptit charme de film un peu vieillot avec un peu de budget mais pas trop. L'histoire est bien triste et glauque et pourtant le film n'est pas vraiment sombre et torturé. C'est un peu dommage car je pense qu'il pourrait être bien plus lourd. Et par la même occasion bien plus effrayant et malaisant.

Running Man

Derrière des allures de film bourrin des années 80 (j'ai un gros faible pour ces films qui m'ont bercés) on retrouve quand même un film plutôt intéressant. Notre cher Schwarzy fanfaronne dans ce film avec des punchline qui tâchent en collant des pains comme il en a le secret. L'histoire est sympas comme toute : dans le futur, en 2017 (haha), le peuple est dans une mouise pas possible mais heureusement il est appaisé par le biais de la téloche et plus spécifiquement d'une émission de télé-réalité bourrine.

Anna

Un film de Luc Besson donc avec une héroïne loin d'être moche, qui va se transcender, qui est badass et qui va se faire malmener par les bonhommes. On est en plein dedans. C'est pas mauvais, ça se laisse plutôt regarder. Certaines scènes sont vraiment jolis et on sent que John Wick est passé par là pour les chorégraphies de baston. Si vous avez aimé Nikita bha… regardez Nikita mais ça devrait quand même vous plaire.

47 Meters Down : Uncaged

J'avais une heure à tuer sans trop savoir quoi faire du coup je me suis mis ce film. C'est un bon gros nanard merdique avec des adolescentes en maillot de bain dans des décors magnifiques. Je ne peux m'empêcher de vous en parler en détail, ça vaut le coup. Bon déjà, c'est le classique “Je désobéis pour faire la fête et je me fous dans une merde noire en faisant tous les choix les plus pourris”.

Maximum Overdrive

Stephen King est un excellent écrivain. Il est super prolifique en parvenant à sortir plusieurs livres dans une seule année. Il est versé dans le fantastique à tendance horrifique et a eu le droit à une tripotée d'adaptation cinéma. Et bha pour une fois il a eu le droit à réaliser une de ses adaptations. Dans le rôle principal on retrouve Émilio Estevez qui n'est autre que le fils de Martin Sheen et donc le frangin de Charlie Sheen.

Silver Bullet

Un film assez basique. Pas mauvais ni brillant, au final il se laisse voir même aujourd'hui. Les effets spéciaux sont pas trop dégueux, on a évité le pire. Le jeu d'acteur est bon et le gamin handicapé a quand même le droit à des fauteuils roulants de la mort ! L'histoire est plutôt classique sans trop de surprise. On demanderai au premier venu de pondre un scénar de film de loup-garou on obtiendrai un truc assez proche.

Cat's Eye

J'avais un peu peur ce film, surtout quand on m'a dit “Comme Creepshow c'est un film à histoires multiples”. Aoutch… “Comme Creepshow…” Hmm Dans les deux premières minutes ça te balance des wink wink références à Cujo et Christine des moins subtiles. Là je commence à avoir peur. Et au final bha… C'était vraiment bien ! Non sans blague ce film est plutôt bon. Les histoires sont cools, les acteurs aussi, les décors, les effets spéciaux… Non c'est vraiment pas mal du tout.

Firestarter

Fond sonore Un laboratoire un peu louche du gouvernement qui donne un peu de pognon pour avoir des cobayes pour tester des produits qui "font des trucs". Des jeunes sans le sous à patte d'eph qui se laissent tenter et qui hallucinent en fricottant. Du synthé, du texte avec des dégradés dignes du WordArt. Ouai on est bien dans les années 80. Ce film est molasson et bourré de clichés. Il pourrait être bien plus cool s'il se faisait charcuter pour passer de 2h à 1h30.

Children Of The Corn

La musique à écouter pour lire. Et bhé… je ne connaissais pas du tout ce film, mais je savais qu'il avait eu des suites, bref c'est un signe que ça doit être plutôt cool. Et là vous vous prenez une sorte de téléfilm de fin de soirée dans les dents. Les acteurs adultes sont à peu près convaincants mais les gamins (dont certains sont pas si gamins) vous mettent une bonne grosse dose de surjeu.

Christine

Dernière adaptation d'une œuvre de Stephen King de 1983 et non des moindres. Aux manettes, le grand John Carpenter. Franchement qu'est-ce qui pourrait arriver de mal ? Le film commence avec Bad To The Bone, c'est cliché mais finalement est-ce vraiment cliché en 83 alors que le morceau est paru l'année précédente ? Ça en impose sévère. On a bien les composants d'un Stephen King : un loser maltraité, une machine pas si inerte, un revirement de personnalité, une once de surnaturel, un vieux mystérieux (wink wink).

Red Team - Double Détente

Un buddy movie un peu pataud voir lourdingue par moment. Il échoue largement au test de Bechdel (et pas qu'un peu), l'époque n'aidant pas… Bref, des gros bras, du pan pan du boum boum. On se fout un peu de la gueule des russes mais implicitement on se fout bien de la gueule des amerlocks. Bref, la fin de la guerre froide s'exprime dans tous ses clichés. Les scènes d'actions ne sont pas spécialement mémorables, l'humour non plus et l'histoire… boarf.

The Dead Zone

Nous voilà encore à Castle Rock pour une histoire assez surnaturelle. Suite à un accident de voiture (ou ptet même un peu avant, c'est étrange), notre cher Christopher Walken se retrouve doté d'un pouvoir lui permettant de voir le futur ou le passé en d'une personne en la touchant. Ce film passe tout seul sans qu'on s'en rende compte. C'est très léger même quand il y a une scène d'action, pas une vague.

Cujo

Le pitch est assez simple : un bon gros Saint-Bernard se fait becter par une chauve-souris et contracte la rage. Et là, il est pas très content et assez sensible aux sons. Et pouf on bon film. Le film prend son temps pour poser son histoire. On voit bien le background des persos, les décors toussa, c'est même un poil long à démarrer. Mais, c'est ce qui permet de mieux profiter des scènes de tension par la suite.

Creepshow

Un film composé de six histoires. Et bha c'est très mouaif. Les histoires sont à peu près sympa même si au final à chaque fois il manque un truc. Franchement, il n'y a pas de twist, pas de moral, pas de conclusion. À chaque fois on reste sur sa faim. C'est très nanardesque, avec du latex et du surjeu. C'est long et ça rame pour des histoires sans enjeu. La seconde est quand même ma préférée.

The Shining

Rhaaalalala mais quel film ! Tout est génial. Franchement c'est top. La musique, les décors, l'ambiance, l'histoire, les acteurs, les jumpscares, le montage. Je sais que j'en parle souvent mais c'est vrai que pour moi c'est un critère assez important, ce film a pas vieilli : le rythme est toujours bon, les dialogues sont toujours actuels, tout est toujours crédible, les effets spéciaux, les mouvements de caméra. Ce film est toujours classieux et moderne 40 ans plus tard.

Carrie

C'est la toute première adaptation ciné d'un bouquin de Stephen King et ce film est devenu culte. Et pourtant j'aime pas spécialement. C'est bien filmé avec le Gimmick de la double focale, l'histoire en elle-même est pas mal, les acteurs sont crédibles. Mais qu'est-ce que c'est lent ! Certaines musiques sont vraiment très clichés, on peut difficilement passer à outre. Et les pouvoirs surnaturels de la Carrie, bon ils sont cools mais bon j'arrive vraiment pas à y croire.

Hellraiser 1 : Le Pacte

Le meilleur épisode d'une saga maudite. Cet épisode fondateur pose les bases d'une mythologie que j'affectionne particulièrement. Bien que la très grande majorité des films de cette saga soit des merdes parfois nanardesques parfois juste nulles il n'en reste pas moins que l'univers est super intéressant. Le film est très typé fin 80 dans le look des personnages et le jeu des acteurs est vraiment … bof voir à côté de la plaque.

Hereditary

J'ai vraiment beaucoup aimé Midsommar du coup il me fallait voir le premier film d'Ari Aster. Et bha il est encore mieux. Celui-là est un peu moins dans le malaise et plus dans la peur viscérale. Wow, la gamine jouée par Milly Shapiro est quand même overcreepy. Sans dec, elle est vraiment dérangeante au point où je me suis demandé si elle n'était pas le sujet du film au tout début.

Scanners

Scanners a vieilli. C'est triste à dire mais c'est dur de le regarder sans se le dire malheureusement. J'ai du mal à mettre parfaitement le doigts dessus mais le déroulé de l'histoire me perturbe. L'enchaînement scénaristique me semble parfois plutôt étrange. Le film est quand même super cool. Ses effets spéciaux pratiques sont vraiment super (la fameuse tête qui explose) et malgré leur âge restent franchement classe. L'affrontement final est vraiment sympa aussi mais c'est ptet parceque Michael Ironside a une allure démente avec son trou de balle sur le front.

Seul Sur Mars

À sa sortie il m'avait fait vraiment de l'œil : Ridley Scott qui repart dans l'espace mais pour de la science pas trop fiction. Pas d'alien ici mais de la survie crédible. Un pauvre astronaute qui se retrouve abandonné par son équipe sur Mars, tout seul (c'était pas intentionnel). C'est un sacré débrouillard qui va chier de la science pour tenir bon. Il lui faut trouver de quoi se nourrir. Il lui faut de quoi communiquer.

Apocalypse Now

Pour fêter les 40ans de la sortie du film (un peu en avance) j'ai voulu découvrir ce film. L'intro avec This is the end des Doors est déjà super. J'étais convaincu dès la première minutes du film. Le malaise est total au début, le Capitaine qui est complètement HS, quand on lui attribue sa mission tout est fait en sorte pour que ce soit dérangeant avec des gros plan qui bougent sur de la bouffe aux couleurs dégueux.

X-Men : Dark Phoenix

J'aime bien les personnages des X-Men même si certains sont un peu nunuches ou sous-exploités. Cet opus est vraiment pas terrible. On se fait chier. Sérieusement, l'histoire est bateau, c'est joliement fait mais c'est vraiment pas palpitant. Aucune empathie ne ressort de ce film. C'est ptet moi mais la Sophie Turner me laisse toujours de marbre : pour jouer les pleurnicheuses elle est forte mais pour jouer un personnage à la puissance démentielle … bha elle vaut pas chipette.

Iron Sky 2 : The Coming Race

Le un était sympa à flirter avec le nanard, lui donner une suite était risqué. La moquerie envers Apple ne pouvait que me faire plaisir. À cela qu'ils sont allés jusqu'à moquer la pub de 84. Le contrat est rempli même s'il est loin d'être drôle. Les références sont un peu partout. Et même avec un petit budget (mais tout de même confortable) ils ont réussi à avoir des effets spéciaux vraiment pas dégueu.

Ça : Partie 2

Cette deuxième partie est vraiment bien. On revoit les gosses (pfiouuu j'avais peur qu'ils ne soient que survolés dans cette seconde partie). C'est un plaisir de revenir à Derry pour y avoir quelques frissons. Ce second chapitre est bien moins effrayant que le premier je trouve. C'est bien plus visuel et fantastique ce coup-ci. Perso ça ne m'a pas dérangé mais je sais que ça rebute d'autres. Notre cher Pennywise est un peu moins amusant et plus monstrueux.

Airplane 2

La suite de la fameuse comédie. C'est pas fait par les mêmes réalisateurs et ça se ressent un peu. On sent qu'il y a eu une volonté de faire quelque chose de ressemblant avec un humour assez proche et même certaines redites. Mais globalement ça marche un peu moins. Ça parodie 2001 L'Odyssée de l'Espace avec son ordinateur de bord qui devient fou. Toujours des flashbacks. Bref c'est sympa mais plus dispensable que le premier.

Ça : Partie 1

Cette première partie est géniale. Les gosses sont super attachants grâce au talent de Stephen King et par l'interpretation bien au poil de chacun des gamins. Ils ont tous leur personnalité, leurs peurs et l'alchimie qui en résulte est top. On découvre leur amitié naissante et les liens qu'ils tissent. Le vilain de l'histoire est tout bonnement terrifiant avec ses métamorphoses, ses rires, son intelligence et ses facultés extraordinaires. Mais pire que Ça, les parents à peine présents sont tous plus dérangeants les uns que les autres !

Mad Max : Fury Road

C'est à mon goût le meilleur film des années 2010. Il est vraiment génialissime. On ne s'ennuie pas une seconde, les décors sont magnifiques, les effets spéciaux Ce film est une claque monumentale ! Les décors sont magnifiques, les acteurs parfaitement dans le rôle, l'univers bien rembourré, les musiques magnifiques et bien câlées. J'adore la série Mad Max, ils sont tous assez proches mais en ayant quand même chacun leur truc distinctif.

Airplane ! | Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Un classique de la comédie américaine. Réalisé par le fameux trio ZAZ, il enchaîne les gags plus ou moins loufoques. Ça parodie les films de catastrophe globalement mais aussi quelques films bien particuliers comme la mythique scène des dents de la mer lors du générique. C'est un enchaînement constant de gags. Certains excellents, certains moyens, certains vraiment limites et certains passant mal la traduction française. C'est vraiment très drôle. Dans le casting on retrouve des habitués du genre comme le fameux Leslie Nielsen qui est dans la plupart des productions ZAZ (les réals David Zucker, Jim Abrahams et Jerry Zucker).

Eraser

Les punchlines super clichées. Le petit solo de guitare électrique toujours au bon moment. La fin d'une époque. On en fait plus des comme ça. Même si c'est vu et revu et ultra stéréotypé, bha ça fonctionne sur moi. Visiblement les critiques n'ont pas aimé ce film et pourtant j'aime bien sans pour autant vouloir le revoir. La chute de l'avion est ptet quand même difficilement admissible mais bon dans l'ensemble ça se laisse bien voir.

The Dead Don't Die

Ça commence lentement. Et puis vers la moitié du film ça continue lentement. Heureusement à la fin ça se finie… lentement. J'ai vraiment du mal à comprendre ce film : il y a un casting de folie, il y a quelquels très bonnes blagues (mais vraiment éparses) et bha voilà. Il se passe pas grand chose. On se fait vraiment chier. Ça monte en tension mais ça n'explose jamais. Des personnages sont montrés.

Men In Black 4 : International

Le quatrième épisode de Men In Black signe le début de la fin visiblement. Le casting des précédents épisodes a disparu (sauf Emma Thompson mais c'est un ptit rôle). Les nouveaux sont pas mauvais mais Chris Hemsworth dans ce rôle… bof. Par contre Tessa Thompson est pas mal du tout (après l'avoir détesté dans son rôle dans Westworld…). Ils ont alloué tout le budget pour l'esthétique du film et assez peu au niveau scénar.

Kiss Kiss Bang Bang

Une enquête alambiquée avec une bonne dose d'humour (malgré des blagues légèrement homophobes). J'ai du mal avec Robert Downey Jr, parcequequ'Ironman… Quel plaisir de le voir galérer dans ce film. Ça me fait pas mal penser à The Nice Guys et bha c'est normal parceque c'est le même réal. On sent que c'est le brouillon et que the Nice Guys a amélioré la formule sur tous les points. C'est agréable à regarder même si un peu speed et décousu (ptet que ça a été rogné au montage, je ne sais pas).

BlacKkKlansman

Un film tiré d'une histoire vraie qui paraît absurde : un flic nouvellement recruté, noir, à la fin des années 70 dans un commissariat bien raciste d'un bledaillon des États-Unis, qui infiltre le Ku Klux Klan. Ce pitch est foufou déjà. Le film en lui-même est bien réalisé rien à redire. Et la mise en perspective avec l'actualité des USA à la fin met une jolie baffe aussi. Je le recommande.

Us

Un ptit film d'horreur de Jordan Peele. Il avait déjà fait l'excellent Get Out, bha là il revient avec Us. Et c'est franchement super. Les acteurs sont bons, les décors cools, l'ambiance bien stressante et les acteurs vraiment bons ! Un film d'horreur peut facilement être gâché par des acteurs un poil à côté du truc et ça me sort direct du délire mais là c'est pas du tout le cas.

Alita : Battle Angel

Je ne connais pas du tout le manga ni l'animé. J'ai trouvé que ça passait pas mal sans être non plus vraiment génial. Je pense que j'en garderai pas un souvenir très longtemps. Esthétiquement c'est vraiment propre, c'est bien animé, les acteurs sont… dans le ton. Bref c'est un moment sympa, mais je pense pas que ça devienne un film impérissable. C'est par contre bien trop lisse, apparemment le matériel d'origine est bien plus sombre que ce qui est dépeint dans le film.

Three Billboards

Excellente découverte de ce mois. La bande annonce m'avait tenté, mais je n'avais pas eu l'occasion et bha franchement pas déçu. C'est joli, l'histoire est prenante, les relations entre les persos sont vraiment cool, le casting est bien. Et puis ce personnage principal ! Wow j'ai adoré sa répartie, son courage et tout. Vraiment cool. J'aime bien aussi les films qui se passent dans la campagnes usienne. C'est un contexte au final assez rare dans un film qui ne tourne pas autour de cet aspect.

Panic Room

Un autre David Fincher. Celui-là est super aussi (Fincher quoi). Une grande baraque avec une panic room et de vils voleurs qui en veulent. Techniquement, il en jette pas mal dans ses mouvements de caméras même si les effets spéciaux numériques se voient quand même pas mal mais ça se laisse oublier ce détail. C'est un très bon thriller avec un casting bien cher (coucou Kristen Stewart toute pitite). Tu te retrouves à tenter de vouloir les aider et à facepalm mais ça marche vraiment bien.

Under The Silver Lake

L'affiche m'avait intriguée à là sortie puis je l'avais oublié. Le vil Korbak m'a poussé à le matter et WOW. Super film. C'est par le même réalisateur qu'It Follows (à voir aussi). On pourrait croire à un simili Mulholland Drive. On comprend pas trop ce qui se trame, il y a une ambiance particulière et tout. C'est mystérieux et d'ailleurs allez traîner sur le reddit du film, il y a énormément de trucs cachés dans le film qui n'ont pas été encore complètement résolus.

Dunkerque

J'adore Christopher Nolan et pourtant j'avais pas encore vu ce film car j'apprécie pas trop les films de guerre. Et bah c'était vraiment super. Les images sont magnifiques. Mais vraiment. Je m'attendais à voir un truc grisâtre, déprimant, avec des nazis de partout mais pas du tout, la météo était belle (mine de rien ça change du classique film sous la grisaille). C'est pas un film de guerre classique, les combats ici ne sont presque pas montrés (quelques affrontements aériens mais sans plus).

Godzilla 2 : King of the Monsters

Je suis pas super fan de film de monstre. J'apprécie quand j'en vois un, mais je vais rarement en voir. Le "premier" était pas trop mal (en dehors de la fin où le gros monstre estime qu'il a fait son taf et qu'il peut partir fièrement retourner s'ennuyer sous l'eau…) du coup pourquoi pas une suite. Et bha en fait maintenant on sait pourquoi fallait pas. Les effets spéciaux sont impressionnants.

Once Upon A Time In Hollywood

Well well well, le tout nouveau Tarantino ! Sans surprise c'était bien. Les dialogues sont toujours aussi cool. Ça part un peu dans tous les sens pour au final une histoire plutôt simple mais c'est ça qui est bon. C'est toute une ambiance et tout. Les moments de tensions sont bons, les moments d'humour aussi, les plans contemplatifs bien réussis, les acteurs impecs. J'y suis allé sans m'être renseigné du tout, je ne savais pas de quoi ça allait parler.

Die Hard 5 : A Good Day to Die Hard

Ha tiens il y a un 5ème ! Et bha c'est gentil mais fallait pas, hein. D'un coup d'un seul ile fameux John McClane a un fils pseudo-badass qui sort de nulle part. Le 4 était too much celui-là il est over 9000 ! Ça devient particulièrement ridicule. Le précédent était encore supportable, là vraiment pas. Il a quand même rapporté du pognon donc … Il va y en avoir un sixième du 6, imaginez ma joie.

Die Hard 4 : Live Free or Die Hard

Rhaaa l'épisode de trop. C'est too much de partout. Les cheveux sont plus là et le bon goût non plus. L'enjeu est d'ampleur nationale. C'est … fatigant et pourtant il y a Kevin Smith dedans. Bref on peut s'abstenir largement. Je l'avais vu à sa sortie sans l'apprécier bha dix ans plus tard le sentiment est confirmé. On sent que Bruce Willis commence à vieillir, ce genre de rôle ne pourra plus être crédible bien longtemps.

Die Hard 3 : Une journée en Enfer

John McClane fait équipe avec Samuel “Motherfucker” L. Jackson pour la vengeance de Jeremy Irons. J'adore cet épisode (en partie à cause du jeu sortie sur Playstation à l'époque) où on visite un peu New York. John McTiernan reprend les rennes de son Die Hard et franchement c'est au moins aussi bon que le premier épisode. Le rythme s'emballe, le scénar brille, les acteurs sont bons. Il y a même de ptites énigmes survolées, encore du panpan et plus de vroom vroom.

Die Hard 2 : 58 minutes pour vivre

John McClane vient de changer son réalisateur mais tout se passe bien dans cet épisode. Il est un poil moins bien que le premier mais se laisse passer quand même. Ça prend de l'ampleur dans l'enjeu. Le premier est un classique de Nowel, celui-là se regarde à Nowel mais n'est pas un classique. On se retrouve encore une fois avec les alliés théorique de John qui l'entravent/ne le croient pas. Bon c'est déjà vu.

Die Hard 1 : Piège de Crystal

Un classique de John McTiernan. De l'action, un Bruce Willis cheveulu, des panpans du Boom boom. Alan Rickman incarne le fameux Hans Gruber. Il est génial, c'est un très bon film de Nowel. C'est devenu un classique à raison. C'est lui qui a fait la transition entre les films d'action des années 80 et ceux des années 90. De légères touches d'humour, un montage nerveux. En dehors des looks, ça n'a pas pris une ride.

The Game

Un ptit Fincher des familles. Il est propre, efficace, réussi. La tension monte de plus. C'est à en devenir parano. En plus Michael Douglas a toujours une certaine classe. Par contre, la toute fin, la suspension d'incrédulité est mise à mal. C'est dommage parcequ'à peu près tout est crédible mais ça échoue à la dernière marche. Ça reste quand même un très bon film. Au fait, vous avez perdu ! Je le rematte de temps à autre, c'est toujours un bon moment plein de suspens.

Kalidor / Red Sonja

La suite qui n'en est pas une de Conan. Bon, là on flirte avec le nanar. Mais le nanar avec quand même un sacré budget pour les canassons les décors et compagnie. Il a bien plus mal vieilli que ses confrères. Premier film que je découvre ce mois-ci. L'expérience était quand même agréable, surtout en mettant en perspective avec les deux premiers. À voir une fois et c'est tout et seulement si vous avez vu les deux premiers.

Conan Le Destructeur

C'est une suite plutôt fidèle mais quand même un peu moins bien. Les décors sont toujours aussi classe. Le dromadaire a eu sa revanche, mais sa victoire n'est que de courte durée… Je ne l'avais jamais vu et c'est pas sûr que je le rematte. Le monstre cheapos moche, Grace Jones en surjeu, Bombaata le relou… bref à faire une fois mais pas plus. En plus j'ai l'impression de ne pas connaître ces musique, ce qui joue sur le sentiment globale j'imagine.

Conan Le Barbare

J'aime beaucoup ce film. Il est dans son jus et pourtant il fait pas non plus rire à ses dépens. Les effets spéciaux sont pas mal, l'ambiance est cool, les décors sont jolis. Il a un rythme très posé que l'on ne retrouve pas dans les productions actuelles. Il y a peu de dialogue. Le grand vilain (le fameux Tholsadum) a une aura indéniable. Et quand on apprécie également le Donjon de Naheulbeuk bha forcément, quand on entend les musiques forcément ça fait tilt.

Stand By Me

J'ai presque honte, j'avais jamais vu ce film culte. En plus c'est tiré d'une nouvelle de Stephen King. J'ai beaucoup aimé cette ambiance des années 50 avec les gamins qui grandissent ensemble en tentant de trouver une place dans le monde à travers des instants de camaraderie. Ça ressemble un peu à Ça dans l'ambiance gamins-entre-potes. Il se passe pas de trucs foufous, pas de grandes scènes d'actions, mais on ne s'y ennuie pas pour autant.

Judge Dredd

Je n'avais pas revu ce film depuis au moins 20 ans. Et bha … ça a mal vieilli. Je connais pas le comic dont s'est tiré, mais je pense que le sidekick relou au possible, le fait de compresser autant d'histoire sur aussi peu de temps (la présentation du perso, le fait de le détruire et de lui faire obtenir sa vengeance et tout) aussi vite ça m'a semblé baclé. C'est dommage parceque que ça aborde pas mal de sujets à forts potentiels (jusqu'où la justice est nécessaire, séparation des pouvoirs, eugènisme, dystopie des méga-cités, apartheid riches/pauvres).

Rambo 1 : First Blood

C'est le seul film Rambo que je connais. Je ne sais pas comment sont les autres mais celui-là est vraiment super je trouve. Le mec paumé qui se fait emmerder comme pas possible par les flics mais qui HOHO pas de bol c'est un héros de guerre qui sait se défendre… j'aime bien. Le mec qui passe en mode survie face aux flics abusifs. De l'action sans que ça soit overkill à mon goût.

Sicario 2 : Day Of The Soldado

Le premier a été réalisé par Denis Villeneuve et wow il m'a scié dès le premier visionnage. La mise en scène en jette et tout, ça a beau être un film avec pas mal d'action, il y a pleins de moments plutôt posés. Et bha le nouveau réalisateur a voulu garder cette pâte. Et je trouve que c'est franchement réussi. Josh Brolin est toujours aussi immoral et Bénicio Del Toro redore son personnage dans cet épisode.

Shape Of Water

Je l'avais pas encore vu et là aussi c'est une bonne découverte. C'est joli, l'histoire est pas si gentillette et les acteurs sont encore une fois cool. On croirait un peu un film de Jeunet et Caro mais non c'est du Guillermo Del Toro. Même si j'ai pas vraiment aimé l'allure de la bestiole, j'ai vraiment bien aimé. C'est tellement rare de voir des persos muets dlans des films. L'ambiance années 50 est génial et c'est super beau.