12 Monkeys

Histoire : 🔗

Alors que la civilisation a presque disparue et se terre désormais sous-terre pour éviter un virus ayant décimé tout le monde en 1996, des scientifiques décident d'envoyer dans le passé des gens pour récupérer des indices qui pourraient permettre de créer un remède.

James Cole est donc choisi pour retourner en 1996 afin de trouver le repère de l'armée des douze singes qui sont à l'origine du cataclysme.

Ressenti : 🔗

C'est très probablement un de mes films favoris. Tout est ouf dans ce film.

Déjà, le scénario est vraiment trop bien avec ses rebondissements. On est vraiment avec Cole en train de découvrir petit à petit ce qu'il s'est passé. On est perdu, puis à force de perseverer on comprend un peu mieux, puis on a l'impression de s'être fait avoir, puis ça se démèle encore un peu plus. J'adore le déroulement.

Et puis bien qu'il y ait des voyages temporels, c'est vraiment pas fiable ici. Ça déconne pas mal et ça renforce d'autant plus l'impression d'une technologie de bric et de broc un peu foireuse.

spoils

Bon, déjà le coup de Cole qui se rapelle que lorsqu'il était gamin il y avait eu cette histoire de mioche coincé dans une mine. C'est la pirouette usuelle pour parvenir à gagner en crédibilité face aux autres personnages. C'est pas très original mais ça marche toujours.

Mais surtout l'autre pirouette que j'aime mieux c'est lorsque dans l'asile il discutte avec Jeffrey et que par un qui pro quo c'est compris comme s'il souhaitait éradiquer l'espèce humaine et qu'une demi-heure plus tard dans le film tu as l'impression qu'il est de ce fait à l'origine du virus. Wow, c'est top.

Mais alors quand en plus, encore un peu plus tard à la fin tu te rend compte qu'en fait pas du tout. *mind_blown* !

Ce retournement de situation final où tout le long du film la piste de l'armée des douze singes s'avère être juste un groupe d'écolo pacifiste sans grand danger… C'est génialissime.

On a le droit à du grand Bruce Willis loin des films d'action. Il montre une palette de jeu assez variée avec son rôle de pauvre gars malmené qui vrille de plus en plus. Mais surtout on a un Brad Pitt qui brille. Là il est au top et il est à deux doigts de rafler la vedette dans son rôle de personnage surexcité.

Le film a une sacrée gueule. Autant à l'époque contemporaine (je réalise qu'en 2023, on est plus proche du futur du film que du présent…) c'est plutôt classique, autant quand on est dans le futur il y a bien la patte de Terry Gilliam. C'est crasseux, avec tout un tas de machines bricolées, c'est sombre, ça suinte, ce sont des tunnels. À deux doigts du Mad God et c'est accentué par les quelques personnages aux looks improbables. Les scientifiques sont flippants au possible, les gardiens sont pas plus rassurants.

Un très grand film avec des voyages temporels, des bons acteurs et tout, qu'est-ce qu'il manque ? Une musique de science-fiction ! Et qu'est-ce qu'on prend pour faire de la musique de science-fiction ? Des synthés ! Du coup Terry Gilliam a mis … de l'accordéon ! Hahaha et c'est devenu iconique.

Le film a donné vie a une série en 2015 mais je ne m'y suis pas risqué. Je ne sais pas si ça vaut le coup.

Ai-je besoin de conclure que ce film est un bijou qui mérite d'être vu et revu ?