After Yang

Histoire : 🔗

Dans le futur on a notre petite famille tranquille. Il y a Jake le papa, Kyra la maman, Mika la ptite fille et Yang l'androïde.

Tout semble aller plutôt bien jusqu'au moment où lors de leur concours de danse famillial, le robot tombe en panne.

Jake va donc voir pour le faire réparer car il est un membre à part entière dans cette famille.

Ressenti : 🔗

Hmmm bizarre le film. Il rapelle un peu Her dans son environnement mais aussi dans son ambiance et même jusque dans sa photographie.

C'est un film de 2021 par le réalisateur Kogonada qui livre ici son second film. Je ne le connaissais pas, mais je suis tombé sur ce film en voyant une image avec Colin Farrell avec une jolie moustache et un air tristouille. Il ne m'en fallait pas plus pour me décider (en dehors du fait que c'est un film A24 ^__^ ).

J'ai du mal à savoir vraiment ce que j'en ai pensé globalement. J'ai trouvé la première partie assez cool. Il y a un rythme très posé, on découvre les personnages, la famille et surtout on découvre cet environnement. C'est à mon sens le gros point fort du film cet environnement mais j'en parlerai plus loin.

Par contre la seconde moitié du film c'était… Bha ptet un peu trop lent, ça patauge et c'en est chiant. Je me suis emmerdé mais sans pour autant pouvoir décrocher. Je voulais vraiment savoir le fin mot de l'histoire et j'ai dû prendre sur moi pour avoir la patience d'aller au bout. Et … bha … ok. Non ça ne m'a pas apporté d'épiphanie pour autant. Bref, c'était lent et chiant cette fin.

Bon mais du coup revenons sur le monde que nous fait découvrir le film. Alors ça va spoiler un peu indirectement mais rien de bien méchant.

On est donc dans un futur qui semble assez proche. C'est de la science-fiction assez molle. Si on ne fait pas gaffe on pourrait occulter qu'on est dans un environnement futuriste mais il y a finalement tout un tas de détails.

Déjà il y a des androïdes (ouai bon ce détail se remarque bien je vous l'accorde). Mais en dehors de ça la maison et les différents lieux que l'on côtoit semblent familier. Pas de machines extraordinaires, pas de design tape-à-l'œil. Non c'est une jolie maison comme aujourd'hui à un détail près : il n'y a pas de téléviseur.

À plusieurs reprises les personnages se téléphonent mais jamais on ne voit d'appareils qui servent à le faire. Cependant on les entend parler/discuter naturellement et c'est tout. Pas de débauche d'effets visuels ou autre.

Les personnages se déplacent à travers d'un véhicule. Mais jamais on voit le véhicule, on voit juste les personnages en train de patienter et discuter dedans. Personne ne semble conduire et ça ressemble à un long tunnel avec des lumières. Ça ressemble à d'interminables voyages de nuit en bagnoles sauf que là, les parents patientent également. Il y a une grosse vibe mélancolique d'ailleurs dans ces passages.

Même les vêtements et les meubles des personnages reflêtent ce monde futuriste. Ici, pas une once de plastique ou synthétique. Tout semble en tissus en bois, en matière naturelle. Ça semble authentique et c'est une vision du futur assez agréable.

Par contre concernant les familles et notamment les enfants c'est plus étrange. La fille Mika est adoptée, les filles du voisin sont des clones, les familles recourrent à des androïdes… On n'a aucune explication, mais on sent qu'il y a anguille sous roche.

spoil concernant la fin

Bon, donc Yang est cassé et le réparateur non officiel y trouve un logiciel espion et il ne sait pas trop quoi en faire. Il redirige Jake vers un de ses contacts qui serait plus à même de s'en démerder.

Le contact en question n'est pas à l'endroit prévu mais dans ce musée des technosapiens il rencontre une personne qui semble à même de l'aider. Elle lui fourni de quoi visualiser les souvenirs de Yang.

Avec cela, Jake découvre que son androïde a eu plusieurs vies avant leur famille et qu'il s'agit d'un modèle très particulier introuvable ailleurs. Il s'avère qu'il aurait la capacité d'éprouver des émotions qui semblent réelles. Il serait même tombé amoureux d'une humaine.

La conservatrice du musée souhaite récupérer l'androïde pour l'étudier et l'exposer lui et ses souvenirs. Jake préfère y réflêchir avant de donner sa réponse.

(et c'est là que le film patauge pendant 30 minutes)

Après moults discussions et réflexions les parents décident de laisser l'androïde afin que le musée l'étudie mais sans autoriser son exposition.

Visuellement le film est très très beau. Non vraiment, le seul reproche que j'ai à lui faire c'est que c'est lent à souhait. C'est dommage parcequ'en plus le générique du début est assez énergique avec une scène de danse de famille très cool. Mais après ça, tout le film est lent.

C'est globalement la déprime. Les relations ne sont pas chaleureuses, les personnages sont vraiment froids entre eux. Le père est à deux doigts de se tirer une balle, la mère un peu moins mais ne respire pas non plus la joie de vivre. C'est un parti pris que j'ai du mal à comprendre, je ne vois rien qui le justifie vraiment.

C'est quand même l'occasion de quelques réflexions vis-à-vis des robots. Mais bon ça a déjà été abordé ailleurs donc bon.

Bref, j'ai bien aimé mais c'était trop long et c'est chiant vers la fin.