Amélie - Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain

Histoire : 🔗

Amélie aime les ptits plaisirs de la vie mais pour autant elle n'a pas de vie amoureuse et pas plus d'activité que ça. Un jour elle décide de rendre la vie des gens qui l'entoure un peu plus … extraordinaire.

Elle va notamment pousser son père à voyager ou bien aider l'employé de l'épicerie du coin à se sortir du joug de son employeur. Elle se lance dans cette série de ptites quêtes du quotidien pour les plaisirs simples des gens.

Ressenti : 🔗

C'est marrant. J'avais vu ce film à l'époque mais j'étais con et j'avais pas aimé. Enfin j'avais surtout été très déçu. Ce n'était absolument pas ce que j'espérais. J'avais trouvé le film niais, mièvre et longuet.

Après tout j'avais adoré Delicatessen et surtout La Cité des Enfants Perdus étaient pour moi des chefs d'œuvres. Ces deux films avaient une allure hors du commun et surtout une ambiance extraordinaire. Du post-apo pour l'un et du steampunk pour l'autre (avant que ça ne soit la mode). Deux ovnis du cinéma français et du coup je voulais un truc qui s'en rapproche.

Je voulais un film de genre dans un univers exotique. Mais non, ce n'est que Paris dans une version assez idéalisée. Et puis bon, on est pas loin de la comédie romantique même si ç'en est pas vraiment une pour autant à mon sens. D'ailleurs j'ai vraiment du mal à classer ce film dans un genre particulier.

Mais ce nouveau visionnage, m'a fait 100% changé d'avis ! J'ai adoré. Je n'avais plus d'attente et je ne me souvenais plus de grand-chose. Et du coup je partais avec plus aucun à priori et j'étais prêt à accepter un peu tout. Comme quoi des fois on peut changer rapidement d'avis (seulement 20 ans quoi).

J'ai beaucoup aimé toutes ces ptites histoires et la narration qui accumule les détails rigolos. Mais surtout je suis bien plus aligné avec son propos aujourd'hui qu'il y a vingt ans. (ouai je m'adoucis avec l'âge.) Alors que le film a effectivement un ptit côté mièvre c'est à mon sens plutôt une force aujourd'hui. Et avec maintenant pas mal de recul (et aussi le visionnage de cette l'analyse de Everything Everywher All at Once de Mr Bobine) je trouve que c'est quelque chose qui est un peu trop rare de nos jours. Des films plus mièvres mais sincères et bienveillants pour s'éloigner du cynisme constant.

Le fait d'avoir Amélie qui cherche à rendre la vie un peu plus palpitante, intrigante, rigolote, plaisante par des ptites actions sur son entourage est vraiment top. C'est gentillet, ça touche et ça émeut sans non plus tomber dans l'excès.

Comme dans Delicatessen on retrouve une brochette de personnages. Chacun avec ses habitudes et ses travers. Mon préferré du lot est Georgette la tenancière du tabac hypocondriaque. Elle attribue tous ses micro-tracats à d'hypothétiques maladies avec sa mine déconfite. Le tout avec son accent campagnard :-D Un régal.

Bon par contre visuellement j'ai du mal. Je sais que c'est un choix 100% voulu mais j'aime pas du tout l'étalonnage fait sur le film. Je sais que le but est de donner un aspect éthéré/surnaturel à des décors somme toute très réaliste voir lambda (ouai enfin "Paris propre" ça fait pas illusion bien longtemps, hein) mais c'est ptet un poil trop poussé. Et pourtant encore une fois sur Delicatessen c'était bien plus violent mais ça marchait bien mieux. Je trouve ça étrange de vouloir rendre le film un poil moins crédible.

Bref, ce long métrage est super cool. Je ne regrette vraiment pas de m'y être reconfronté !