Au Poste

Histoire : 🔗

Fugain est au poste en train de faire sa déposition concernant le cadavre qu'il a trouvé en bas de chez lui. Mais plus le temps passe, plus le commissaire Buron semble le suspecter du meurtre.

Fugain va donc se démener pour raconter son histoire et parvenir à clâmer son innocence et pourtant on ne lui simplifie pas les choses. Il est super tard, ils sont constamment interrompus, le commissaire est tâtillon…

Ressenti : 🔗

Et allez encore un ptit film de Quentin Dupieux et encore une fois je me suis régalé ! Bon bha c'est encore une fois très drôle, un peu d'absurde, un peu de surréaliste, je commence à bien saisir la patte du réalisateur.

Vraiment c'est très drôle, ce film est assez facile d'accès que Réalité.

Il y a tout un jeu sur les flashbacks où Fugain raconte ses souvenirs. Mais ce qui s'est réellement passé est brouillé avec ce qui le tracasse, c'est assez cool à voir.

KoiKisPass ?

Le commissaire Buron doit s'absenter un moment, il demande alors à son collègue Philippe de surveiller le suspect. Mais bon Philippe se comporte vraiment très bizarrement. Il est très suspicieux envers Fugain mais c'est pas pour autant qu'il n'arrête pas de parler de moyen pour effacer les preuves ou autre.

Au bout d'un moment il propose de lui montrer sa carte de flic ce que Fugain accepte pour changer de sujet de discussion. Il part donc la chercher dans un tiroir mais ce couillon trébuche et se plante une équerre dans son unique œil (oui il n'en avait plus qu'un) et meurt sur le coup. Fugain n'y est bien entendu pour rien mais de peur d'être accusé, il décide de planquer le cadavre dans un placard.

Vous le sentez venir le thêatre avec des qui pro quo et compagnie ? C'est très couillon mais surtout très divertissant.

Bref, le commissaire revient sans se soucier de l'absence de Philippe, l'interrogatoire continue. Mais là ça frappe à la porte.

C'est Fiona la femme de Philippe qui cherche son homme pour rentrer à la maison parceque bon il est tard et elle est enceinte quand même la pauvre.

m a l a i s e

Personne n'est au courant du coup… bha tant pis elle rentre seule. Mais à partir de là, elle commence à hanter les souvenir de Fugain qui raconte sa soirée de la découverte du cadavre.

Je vous raconte pas tout mais il doit justifier ses 7 aller-retours nocturnes qu'a capté la voisine de palier qui observe tout. Donc avance rapide.

Champonin un autre flic déboule avec le rapport d'expertise du médecin légiste. La victime est morte de cause "naturelle" et donc Fugain est innocent.

Et là, incroyable, le mur du commissariat tombe. Il s'agit en fait d'un décor, ils sont sur la scène d'un thêatre ! Le public applaudit, les flics se réunissent et saluent le public. Même le Philippe sort du placard et enlève l'équerre de son visage et révèle qu'il possède bien deux yeux. Déconcerté, Fugain se joint à eux mais il ne comprend pas ce qu'il se passe.

Ils se font un ptit resto et là les acteurs font leur débrief. Fugain est toujours perplexe mais content d'être innocenté après tout ce stress. Ils vont pour partir et se séparer et là le commissaire Buron revient vers Fugain et lui explique qu'il n'est pas tiré d'affaire pour autant, il reste quelques zones d'ombres à élucider. Il lui fout les menottes et le pauvre type se fait embarquer dans le camion. Fin du film.

C'est étrange comme final !

J'aime bien ce parti pris de faire des films bizarres. Il y a une idée, ça l'exploite et hop c'est bon. Ça se prend pas plus la tête que ça. Le film est encore une fois très court avec moins d'une heure vingt mais ça suffit amplement.

On ne s'ennuie pas, le rythme est bon de bout en bout. Les acteurs sont cools.

Et pour autant ça ne fait pas cheap.

Les décors sont très jolis. Ça a été filmé au siège du parti communiste, on reconnait bien l'architecture brutaliste avec notamment ce plafond avec ses plaques pour diffuser la lumière.

Apparemment à la place de Benoît Poelvoorde c'était Albert Dupontel qui avait été envisagé. Je pense que ce rôle aurait bien plus lui convenir. D'ailleurs je n'y avais pas réflêchit avant mais c'est vrai qu'une collaboration entre Quentin Dupieux et Albert Dupontel pourrait être très intéressant. Leurs deux folies combinées pourrait faire un ptit bijou.