Ben-Hur

4 Bonnes Heures pour Ben Hur

Histoire : 🔗

Messala revient en JudĂ©e oĂč il retrouve Judah Ben-Hur son ami d'enfance. Leurs destins ont divergĂ©s, Messala est dĂ©sormais Ă  la tĂȘte de la garnison romaine qui occupe le territoire de JudĂ©e.Ben-Hur lui est un prince juif trĂšs respectĂ© de sa communautĂ©.

Ils sont d'abord contents de se retrouver aprÚs tant d'années mais finalement trÚs vite leurs destins respectifs vont les éloignés. Messala doit calmer les juifs qui sont au bord de la révolte et pour cela souhaite l'aide de son ami d'enfance. Mais Ben-Hur n'a pas vraiment l'intention de trahir son peuple en soutenant l'envahisseur.

Quelques jours plus tard, un haut dignitaire romain est en visite en JudĂ©e. Ben-Hur et sa sƓur observent le spectacle sur le toit de leur palais mais au passage du dignitaire, une tuile tombe ce qui fait chuter le gouverneur. ImmĂ©diatement l'armĂ©e romaine vient capturer Ben-Hur, sa sƓur et sa mĂšre pour les juger pour tentative d'assassinat.

Ben-Hur se retrouve envoyer en exil dans les galĂšres oĂč il se retrouve en esclavagisme Ă  pagayer jusqu'Ă  l'Ă©puisement dans des conditions sordides.

Ressenti : 🔗

Qui ne connait pas ce film. Un monument de la décadence d'Hollywood. PrÚs de quatre heures de film épique avec une histoire millénaire (ouai enfin pas tant que ça).

Je n'avais jamais osé m'y pencher. Les péplums des années 50 c'est pas vraiment le genre de truc qui me fait envie. J'avais peur d'un truc assez grotesque et qui aurait vraiment mal vieillit. Je savais qu'il y avait une scÚne épique de course de char et des romains en jupettes mais en dehors de ça je ne m'étais jamais vraiment intéressé au sujet.

J'ai pris mon courage Ă  deux mains et j'ai lancĂ© le long long mĂ©trage. Et stupĂ©faction ça commence par *roulement de tambour đŸ„* JĂ©sus ! Et en fait lĂ  le titre apparait A tale of the Christ. Heuuu. Vraiment ?! Ça va parler de JĂ©sus et de religion ?!

Rhoooooo la déception. Pas envie de me taper de ça :-/ Bref, va faloir serrer des dents.

LĂ  le film dĂ©marre rĂ©ellement et finalement on passe Ă  autre chose. Bon ça se passe quand mĂȘme en JudĂ©e, avec des juifs et des romains et leurs religions. Bref, l'aspect religieux du truc n'est quand mĂȘme pas bien loin mais ce n'est pas non plus focus Ă  fond dessus. Je ne savais pas que Ben-Hur avait Judah comme prĂ©nom
 c'Ă©tait un indice pourtant.

À ce moment-lĂ , le film devient trĂšs sympa. Ces deux personnages qui se retrouvent c'est trĂšs chouette. J'aime beaucoup le fait que les deux comprennent trĂšs vite qu'ils n'ont plus grand-chose en commun malgrĂ© leur passĂ©. L'insoucience de la jeunesse leur revient bien vite Ă  la gueule.

Et de là, c'est une aventure épique qui démarre pour Ben-Hur. On va voyager en mer, à Rome, à Jérusalem toussa. TrÚs trÚs chouette.

Ce film est dans la dĂ©mesure. C'est incroyable la taille des dĂ©cors qu'ils ont construits pour certaines scĂšnes ! C'est vraiment triste Ă  quel point il n'y a plus de film qui puisse se permettre ce genre de dĂ©cadence. Ça rend si bien !

Ces dĂ©cors immenses couplĂ©s aux fonds peints mais bien intĂ©grĂ©s ça rend super bien mĂȘme soixante ans plus tard ! Et toujours dans la dĂ©mesure de ce film, il y a des scĂšnes avec des centaines de figurants Ă  l'Ă©cran avec leurs costumes d'Ă©poque. C'est une dĂ©monstration de force de la part du studio. Quand on voit que maintenant c'est trois mĂ©gastars filmĂ©es sur fond vert avec des incrustations de dĂ©cor mĂȘme pour des dĂ©cors anodins avec des foules en images de synthĂšses
 Ça n'a vraiment pas la mĂȘme saveur.

Le film titille les quatre heures. Mais ça commence par un écran titre de cinq minutes. On a le droit à un entracte au deux tiers du film. Et par contre pas de générique final étrangement.

Visuellement le film est super propre. Ils ont utilisé des caméras filmant sur peloche 70mm et a été remasterisé pour les sorties bluray en 2011. Les images sont impeccables pleines de piquée et avec les couleurs assez typiques des films de cette époque.

Ce film Ă©tait un peu la grosse bouĂ©e de sauvetage de la MGM. Ils Ă©taient en grosse galĂšre financiĂšre et du coup il leur fallait un mĂ©ga carton. Ils ont donc mis Ă©normĂ©ment de pognon dans le truc. Et pourtant c'est le seul film oĂč leur logo est muet. Le lion ne rugit pas au dĂ©but !

Bon et sinon qu'est-ce que j'en pense au final de ce film ? Et bien j'ai beaucoup aimé ! Bon par contre la fin ne m'a pas spécialement plu. Mais ça va spoiler.

Résumé d'un peu tout le film

Tout début on a un intermÚde sur la naissance de Jésus toussa.

Ensuite ellipse et on découvre Ben-Hur et Messala. Comme raconté tout à l'heure, Ben-hur se retrouve exilé pour avoir attenté à la vie du gouverneur (il n'est pas coupable mais bon dura lex sed lex).

Il se retrouve donc galérien mais son tempérament est remarqué par Valerius Gratus qui est le plus haut gradé du secteur. Alors qu'ils sont à deux doigts de s'attaquer à la flotte ennemie et que tous les esclaves sont attachés au bateau, Valerius ordonne que Ben-Hur, lui, ne soit pas attaché.

Alors que leur embarcation prend cher, Ben-Hur en profite pour monter sur le pont et choisit de protĂ©ger Ă  distance Valerius Gratus et mĂȘme de le sauver lorsque ce dernier tombe Ă  l'eau avec son armure. Ils dĂ©rivent tous deux sur des dĂ©bris et finissent au bout d'un long moment par ĂȘtre repĂȘchĂ© par un bateau de la flotte romaine. Ils apprennent que malgrĂ© leur mĂ©saventure, cette bataille est une franche victoire pour l'armĂ©e romaine.

Valerius est reconnaissant du geste de Ben-Hur et décide de le prendre sous son aile une fois retourné à Rome. Leur relation est si forte que Valerius voit en Ben-Hur un fils perdu et décide de l'adopter. Ce dernier devient donc fils d'un trÚs haut dignitaire romain et gagne donc de sacré galons.

AprĂšs quelque temps, il dĂ©cide de retourner en JudĂ©e. Il souhaite toujours sauver sa sƓur et sa mĂšre enfermĂ©es en mĂȘme temps que lui.

Sur le chemin du retour il rencontre un cheik local avec qui il se lie un peu d'amitiĂ©. Ce dernier est un fĂ©ru de courses en char et dĂ©couvre que Ben-Hur a Ă©tĂ© un excellent pilote de char durant son sĂ©jour romain. À eux deux ils veulent dĂ©fier le champion de JudĂ©e qui n'est autre que Messala (l'ami d'enfance de Ben-Hur qui est en grande partie responsable de son destin malheureux).

La course a lieu et c'est un triomphe pour Ben-Hur qui malgrĂ© la fourberie de Messala parvient Ă  terminer premier alors que Messala a un accident particuliĂšrement violent. Dans un dernier souffle, Messala indique Ă  Ben-Hur que sa sƓur et sa mĂšre sont dĂ©sormais lĂ©preuses et qu'elles sont parquĂ©es dans la vallĂ©e des lĂ©preux.

DĂ©vastĂ©, Ben-Hur apprend qu'une personne serait Ă  mĂȘme de les guĂ©rir. D'abord rĂ©ticent, il finit par dĂ©cider de les amener toutes les deux Ă  JĂ©rusalem auprĂšs de cette personne mystĂ©rieuse. À leur arrivĂ©e, ils apprennent que le guĂ©risseur mystĂ©rieux vient d'ĂȘtre condamnĂ© Ă  mort.

Les femmes rebroussent chemin pendant que Ben-Hur, lui, souhaite rester auprĂšs de JĂ©sus (et oui encore lui
) sur sa croix. Mais alors que ce dernier crĂšve, un immense orage Ă©clate et le sang du gars se retrouve mĂȘlĂ© Ă  la pluie qui ruisselle. Ça ruisselle tellement que ça finit jusque dans la grotte oĂč s'abritaient les femmes. Et alors que l'orage se dissipe, on s'aperçoit qu'elles sont miraculeusement guĂ©ries.


On a donc le dĂ©but du film sur JĂ©sus et la fin Ă©galement sur lui. Et je trouve ça assez dispensable. Ça aurait pu ĂȘtre un trĂšs bon film sans son intervention.

Je vois pas l'intéret de rajouter cet arc, il y avait suffisamment d'histoire, de rebondissement et compagnie. C'était déjà une sacrée épopée assez réaliste mais là on rajoute du fantastique tout cela pour nous caser ce Jésus
 Comme s'il n'y avait pas suffisamment d'autres occasions d'en parler ailleurs, il faut qu'il vienne tenter de voler la vedette dans ce film.

Ils ont mĂȘme pas eu le courage de faire parler le type en plus. Ni mĂȘme de nous montrer sa tronche. Il n'est montrĂ© que de loin, de dos ou bien avec le visage dans le noir. Ça donne un ptit cĂŽtĂ© mystique, cela dit.

Bref, j'ai vraiment bien aimĂ© le film. La fameuse sĂ©quence de course en char est ouf. J'ai mĂȘme imaginĂ© que la derniĂšre heure de film serait uniquement centrĂ©e sur cet Ă©vĂšnement mais mĂȘme pas. Dommage, ça aurait Ă©tĂ© un Fury Road avant l'heure !

Le film a vraiment trÚs bien vieilli. Il mérite sa note de 8.1 .

C'est fou comme Charlton Heston me rapele un collùgue de boulot


Ça me donne un peu envie de voir les autres films dĂ©mentiels de l'Ă©poque ;-)