Carlito's Way

Histoire :

Carlito sort de prison au bout de cinq ans au lieu de trente en bonne partie grâce à son meilleur ami l'avocat David Kleinfeld. Il veut désormais se ranger mais son passé et ses relations vont constamment tenter de le refaire tomber dans le business.

Il était l'un des meilleurs et était respecté de tout le monde. Son rêve est d'amasser suffisamment de pognon pour se barrer vivre une ptite vie tranquille aux Bahamas.

Ressenti :

Je connaissais pas ce film et c'est bien dommage, c'est tout ce que j'aime. On a le droit à des gangsters, un Al Pacino de grande volée, des magouilles, des altercations mais surtout une énorme poursuite finale.

Bon, donc quand un film avec Al Pacino démarre, on fait tourner la roue du mystère pour voir s'il sera côté flic ou côté gangster. *roulement de tambour* … Gangster !

J'ai vraiment beaucoup aimé le film. En plus il a un sacré casting avec un Sean Penn qui est devenu le modèle pour l'avocat dans GTA Vice City, un Viggo Mortensen avec un mini-rôle bien moins charismatique que son Aragorn et aussi un John Leguizamo qui sortait tout juste d'un Super Mario Bros.

L'histoire est vraiment très sympa avec toute une galerie de personnage. Ça commence par un flashback qui nous montre comment on en est arrivé là. À chaque nouvelle apparition je me suis demandé si ça allait être le coup de grâce. Mais au final j'ai réussi à deviner d'où ça allait venir. Bon c'est pas trop planqué.

Mais du coup … (spoil)

C'est absolument pas expliqué mais comment Benny Blanco savait-il pour le train ?

Qu'est-ce qu'il foutait là ?

Bon, Brian De Palma oblige, on a eu le droit au plan à la demi-bonnette. Et là, c'était vraiment bien foutu avec un flou très propre et les deux points de netteté bien calibré. J'ai beaucoup apprécié.

Bon bha, je range ce film à côté des autres grands films de gangsters (l'étagère des Scorcese et Coppola). Je valide complètement ce film !