Crash

Sex and car crashes

Histoire : 🔗

James a un accident de voiture assez grave. Lui s'en sort avec un bon gros séjour à l'hosto mais la bagnole en face c'est moins reluisant, le conducteur meurt et la passagère se retrouve aussi dans le même hôpital.

Il fait donc la rencontre de la femme ainsi que d'un certain Vaughan avec qui il va se lier d'amitié. Ces trois personnes commencent à développer une obsession pour les accidents de voiture et vont se créer une relation un peu malsaine.

Ressenti : 🔗

Un film très malaisant. David Cronenberg nous fait découvrir une ptite communauté (fictive ??) de personnes avec une attirance pour les accidents de la route. Il y a un rapport très brut avec les voitures mais c'est surtout l'accident et ses conséquences qui sont au centre de ce groupe de gens. Du coup les cicatrices, les odeurs d'huiles, les corps mutilés et la fascination morbides ont une place de choix dans ce film.

Le second élément principal enfin premier ex-aequo : le SEXE. Ha ouai ma ptite dame, ça baise constamment. Interdit au moins de 16 ans non pas pour la violence ou l'horreur mais pour le cul. On est vraiment pas bien loin d'un boulard. Et pas le genre à faire rêver la bourgeoise façon 50 shades of gray. Non c'est plus malsain, ici c'est pas le beau gosse richou qui veut coller de la fessée mais plus du mécano proche de la psychopathie qui prend du plaisir à violenter… Bref, pas un film pour mioches.

Le réalisateur s'amuse à être bien malaisant pour nous autre pauvres spectateurs. Rien que le début du film est très étrange : le personnage principal discute avec sa femme et chacun raconte qu'ils couchent à droite à gauche. Déjà on sort de la monogamie traditionnelle. On enchaine avec l'accident de bagnole assez vénère avec un mort et les deux victimes qui se regardent, choquées, hagardes, d'autant plus que la femme a un nibard à l'air. Et quand ils se retrouvent à l'hosto, on pourrait s'attendre à de la colère ou autre mais non. Jamais la mort du second conducteur n'est évoqué. C'est très bizarre.

Et, là c'est vraiment que le premier quart d'heure. C'est l'intro et ça va enchainer les situations extraordinaires Non vraiment pour vraiment apprécier faut être prêt à ètre bousculé dans ses idées.

C'est très particulier, mais quand même, on a l'impression d'être Alice qui tombe dans le terrier du lapin. On découvre tout un nouveau monde avec ses habitants et ses coutumes. Ces accidentophiles (ils ne sont jamais nommés donc j'improvise, désolé) ont donc leurs spectacles où ils recréent des accidents de personnalités (notamment James Dean, nul doute que Lady Diana Spencer serait la queen dans cette communauté). C'est quand même un loisir très particulier.

Et forcément, beaucoup sont physiquement amochés avec des cicatrices voir des prothèses plus ou moins massives… Pour le coup, mr Cronenberg a eu la main un peu légère concernant le body horror. Il y a deux trois trucs dérangeants quand même mais pas trop non plus.

J'ai bien aimé le côté thriller qui flotte dans le fond. J'ai vraiment eu du mal à savoir vers quoi allait partir le scénar. Disons que l'enrobage film de boule soft couplé à l'aspect découverte de ce monde particulier prend déjà pas mal de place, du coup pour un film d'une heure et demi … bha dur d'envisager de trop développer. De ce fait, on sent qu'il y a une ambiance tendue en permanence et que ça pourrait déraper très vite et cet aspect fonctionne très bien.

Faut dire que Vaughan joué par Elias Koteas est génial. Le gars parvient à intriguer tout en ayant toujours un arrière goùt (huhu) flippant. Dès sa première apparition on sent qu'il y a un truc louche avec ce type.

C'est à la base un bouquin par James G. Ballard et le personnage principal est 🥁 James Ballard et interprêté par James Spader. C'est dommage de ne pas avoir pris d'acteur nommé James Ballard…

Je me demande si ce film n'aurait pas eu une ptite influence sur Titane.