Dial M for Murder

Histoire :

Tony sait que sa femme le trompe avec Mark et souhaiterait se débarasser de sa riche femme pour se venger et avoir le pognon. Il prépare son coup en embauchant un ancien collègue d'université.

Le soir venu le plan parfait n'est ptet plus si parfait que ça. Margot s'en sort et parvient même à tuer son assaillant.

Ressenti :

Je ne connaissais pas le film mais j'avais vu son remake moderne il y a fort longtemps. Et j'ai vraiment beaucoup aimé.

Déjà l'histoire est plutôt cool. L'élaboration du plan puis sa réalisation sont très chouettes mais surtout la seconde partie … La seconde partie est vraiment le meilleur !

J'ai beaucoup aimé comment le mari va donc improviser une suite à son plan si bien huilé. Le scénario est au poil. Les acteurs sont pile poil dans ce que je m'attend à voir dans un film des années 50, notamment Ray Milland qui joue donc le mari. J'ai beaucoup aimé sa présence soit dit en passant.

Le film date de 1954 et … bha malheureusement la qualité d'image s'en ressent pas mal. Je sais pas si c'est ma version qui n'était pas terrible mais c'était pas bien net par moment. J'ai déjà vu des films de cette époque beaucoup plus propre. C'est dommage parceque j'adore regarder les films d'époque pour regarder un peu les environnements, la ville toussa. Bon bha là, c'est assez pauvre. Ça pourrait presque être une pièce de théatre, on ne sort que très peu de l'appartement de notre couple.

Le film a été tourné en 3D. Oui oui, il fait partie de la vague de film de l'époque voulant lancer la mode de la 3D. Du coup, pas mal de plan ont été taillés pour ce procédé où l'ont joue avec la profondeur. Bon je ne l'ai vu qu'en 2D mais ça ne choque pas non plus. Il y a tout de même deux choses que ça implique : un entracte à la moitié du film qui dure moins de deux heures. Mais surtout 1 plan assez étrange. À un moment un personnage passe un coup de téléphone et au lieu de filmer cela en gros plan ils ont été obligés de se faire chier à fabriquer un énorme cadran de téléphone et un énorme faux doigt qui compose. C'est … heu … particulier. Bon ça fait marrer, c'est pas dérangeant mais voilà. La taille des caméras de l'époque ne permettait pas de filmer un si petit objet en 3D et en gros plan.

spoil

J'avais vite capté que les clés allaient avoir un grand rôle. Elles sont souvent évoquées et montrées.

Mais c'est vraiment quand ça nous est expliqué que j'ai capté la subtilité ! J'ai bien aimé ce retournement.

C'est marrant comment Alfred Hitchcock a réussi à bien broder par-dessus une idée aussi petite. Tout pourrait être résumé en trois lignes mais la mise en scène et le remplissage rend le tout super sympa et digeste.

Franchement le film a vieilli. Les musiques sont très datées, la technique est vieillotte et pourtant le tout reste quand même super agréable. Les dialogues et le scénar fonctionnent encore très très bien. Un ptit remaster propre pour retravailler l'image ferait merveille !

En tant que spectateur on est au courant de toute la magouille. On a pas à chercher le coupable et pourtant il y a tout le suspens de savoir est-ce que le mari va se faire pincer ? Est-ce qu'il va trouver une nouvelle pirouette pour arriver à ses fins ? Je suis rentré à fond dans le jeu à tenter moi aussi de trouver des excuses ou imaginer des subterfuges (ouai je me suis mis dans l'équipe du mari :-/ ) pour évincer sa femme.

Le film est très bien noté sur IMDB et je comprends clairement sa note. Je recommande chaudement !

Ha et au fait, c'est marrant, je ne m'y attendais pas du tout mais à un moment quand un personnage téléphone on a un plan sur l'autocommutateur du central téléphonique. On voit le système automatisé (pour l'époque c'était très rare) qui réagit à la numérotation et met en relation avec l'appelé. C'était un ptit cadeau à mon intention ? Merci M Hichcock.