Green Book

Histoire :

En 1962, Tony a besoin d'un boulot pendant deux mois et on le rencarde sur une offre. Il part à l'entretien d'embauche et tombe sur un musicien noir qui a besoin d'un chauffeur pour une tournée dans le sud des USA.

Tony est quelque peu raciste mais le salaire est très attractif. Il est rapellé quelques jours plus tard pour partir dans cette tournée.

Ressenti :

Et bha c'est simple j'ai adoré. Et pourtant le film est assez simple. Ça parle principalement de racisme et puis c'est à peu près sans surprise mais c'est bien fait et les deux acteurs principaux sont très bons.

Viggo Mortensen a un rôle très cool en partant du mec bluffeur un peu roublard et raciste pour petit à petit découvrir le racisme et changer son point de vue. Le film n'apporte pas grand-chose et est même un poil naïf mais je suis tombé en plein de dans.

Les interactions entre les deux bonhommes sont vraiment super cool. C'est parfois drôle ou souvent juste touchant. Chacun va rendre meilleur l'autre.

C'est une histoire vraie concernant donc Don Shirley qui est un musicien prodige de cette époque (je connaissais pas). Et comme souvent, à la fin dans le générique on nous montre quelques clichés des deux vrais gars.

Je ne savais pas de quoi allait parler le film et du coup au début j'ai eu l'impression que ça allait être un film de gangsters. Ça fourmille d'italiens, ça traînasse dans les bars, ça parle de se faire du pognon, il y a un peu de violence et de magouille. Ça avait tout pour partir dans de la mafia mais non, ça bifurque très vite dans un road movie où les deux personnages vont se heurter l'un à l'autre et se lier d'amitié en se découvrant de plus en plus.

Le titre du film vient d'un vrai Green Book qui existait des années 30 à 60 lors de la ségrégation aux USA. C'était une sorte de guide du routard des lieux que les noirs avaient le droit de fréquenter. C'est assez ouf de se dire qu'un tel guide a existé et avait une utilité !

J'étais complètement passé à côté de ce film alors qu'il est très plaisant à regarder. Par moment je dois avouer que ça rapelle un peu Intouchables avec la confrontation de deux personnages de classes sociales distantes.