House Of Gucci

Histoire :

Rodolfo Gucci est très agé et aimerait transmettre son entreprise à son fils Maurizio. Celui-ci n'est pas intéressé.

Son oncle Aldo Gucci a bien un fils mais ce dernier est la risée de la famille et souhaite lui aussi que Maurizio reprenne les rennes de l'entreprise familliale.

Maurizio rencontre Patrizia qui deviendra sa femme et qui le poussera a reprendre la tête du groupe Gucci.

Ressenti :

Bon alors déjà, n'allez pas voir le synopsis sur Wikipedia : ce dernier vous spoile directement toute l'histoire. Même si c'est basé sur de vrais faits, on est pas forcément au courant de ce qui s'est passé dans cette famille et c'est là l'intéret du film. Là Wikipedia vous balance tout directement. Tu quoque mi wiki !

Bon, alors franchement le film était très cool. Je dois avouer que ça m'apparaissait comme une sorte d'ovni : un très gros casting, Ridley Scott à la réal, le tout pour un biopic réaliste dans un univers que je déteste et méprise complètement.

Je me suis laissé tenté et … bha ça passe très bien. L'histoire est cool et je me demande quand même s'il n'y a pas des morceaux qui ont été pas mal arrangés pour rendre le truc plus rocambolesque.

J'ai été étonné de voir Al Pacino moins vieux que ce que je pensais, par contre Jeremy Irons lui c'est l'inverse. Vraiment ça me fait un sale effet de voir ces acteurs sacrés qui m'ont tant bercé dans des films qui finissent par maintenant jouer des rôles de vieillards.

Toujours dans les aspects déconcertants c'est Jared Leto. Je n'arrive vraiment pas à reconnaitre ce mec. Il change tout le temps d'apparence et là c'est … heuuu bha … impressionnant. Je ne l'ai absolument pas reconnu, il a fallu que je regarde sur wikipedia pour voir quel rôle il jouait. J'ai plutôt l'habitude de le voir avec un physique plutôt filiforme et avec des yeux sombres et rapprochés mais là, non. Je ne suis pas physionomiste du tout mais alors avec lui c'est pire.

Le film nous fait tomber dans les années 80 avec une bande son bien disco et des bagnoles bien dégueux (ouai j'aime pas cette décennie pour le style des voitures).

C'était cool mais pas non plus un film indispensable. Je n'en attendais pas grand-chose et j'ai eu au final pas grand-chose. Pas eu d'éclat de flamboyance ou autre. C'est bien mais voilà.