Incendies

Histoire :

Un frère et une sœur jumeaux se rendent chez le notaire pour découvrir le testament que leur laisse leur mère. Ce dernier est très étrange, leur demandant de donner une lettre à leur père qu'ils pensaient mort ainsi qu'à leur frère dont ils ignoraient l'existence.

La fille prend cette mission à cœur et part sur les traces des origines de sa mère afin de découvrir son passé.

Ressenti :

J'ai découvert Denis Villeneuve avec Prisoners et depuis chacun de ses films m'a plu. Du coup maintenant je remonte dans le temps et je m'attèle à ses films précédents en commençant par Incendies.

Et bha je n'ai pas été déçu pourtant c'est un drame et c'est vraiment pas un genre que j'affectionne. Et puis ça commence direct avec un thème lourd puis ça rajoute de la religion de la guerre… Ça m'a vraiment inquiété.

Et puis au final l'histoire commence à se dérouler et bha ça m'a happé. L'intrigue se dévoile petit à petit et j'étais comme les personnages en quête de la vérité. Ce qui aurait pu être torché en trente minutes est dévoilé petit à petit en deux heures sans pour autant que le film ait l'air long.

C'est un film assez dur qui bien que se déroulant dans un pays fictif fait fortement pensé au Liban avec ses conflits religieux. Certaines scènes sont particulièrement dures.

Les jumeaux ne connaissaient finalement pas si bien leur mère et son passé pour le moins extraordinaire. Bien que la mère ne soit qu'assez peu à l'écran, c'est un personnage impressionnant.

spoils Au final la révélation que le père et le frère sont en fait la même personne intervient à la toute fin. Et même si dans la majorité des cas ça serait difficilement crédible et que ça ressemble limite à une télénovela bas de gamme, toute la façon dont le film est réalisé et mené bha … ça fait qu'au final ça s'accepte.

C'est vrai que c'est une pirouette un peu alambiquée mais c'est un film qui semble plutôt réaliste et posé. Il n'est pas dans la surenchère avec des rebondissements saugrenus ce qui fait que la pillule passe.

La force psychologique de la mère qui parvient à continuer à aimer son fils bien qu'elle soit au courant que c'était son bourreau et violeur est admirable. Elle souhaite stopper l'engrenage de la haine globalement et elle l'applique également à elle-même. Bravo.