Killers of the Flower Moon

Histoire : 🔗

Dans les années 1920, à Osage County, les Indiens Osage deviennent assez subitement riches lorsqu'ils découvrent que leurs terres regorgent de pétrole. Mais alors que l'argent afflue, les meurtres aussi commencent à devenir de plus en plus fréquents et lorsque les victimes sont les natifs, la justice ne s'y intéresse pas vraiment.

On suit Ernest qui revient de la guerre en Europe, il rejoint son oncle Will dit « King ». Ce dernier est un pillier de la communauté locale. Il est connu de tous et est respecté notamment par les Osage. Il prend sous son aile son neveu pour qu'il s'intègre ici.

Ressenti : 🔗

Bon bha c'est bien simple, j'ai adoré. Mais le film case un peu tous mes critères : plus de 3h, Martin Scorcese, Robert De Niro dans un rôle sérieux, Di Caprio, des meurtres, des décors d'époque, une avalanche de pognon qui se voit. Et on a même le droit à une apparition du réalisateur à la fin du film !

Il s'agit d'une adaptation d'un roman de 2017 de David Grann relatant des faits réels. Je ne connais vraiment pas le contexte historique de l'histoire. J'ai du coup trouvé ça assez surprenant de voir les Indiens riches se faire servir par les blancs. C'est vraiment pas une dépiction que l'on voit souvent.

Le film a une forme assez surprenante mais pour en parler je dois spoiler

L'élément qui m'a beaucoup surpris c'est que le film est assez vague au début. On nous plante le décor en nous montrant les Osage qui sont blindés de pognon mais on sent que ça marche quand même pas fort pour eux. Ils ont réussi à ne pas se faire dégager de leurs terres et à pouvoir exploiter le pétrole et à avoir le pognon. Mais à côté de ça, ils semblent pas spécialement pouvoir profiter de leur pognon. Dès le début du film, on nous montre que bien qu'ils soient riches, ils ne peuvent pas jouir de leur thune. Ils doivent justifier leur retraits/achats et compagnie. Ils sont sous tutelle et un moyen de "s'en extraire" pour les femmes est de se marrier. Sauf qu'elles sont désormais sous la tutelle de leur mari… Vous voyez vite l'embrouille.

Et c'est le moment où l'on nous présente De Niro bien sous tout rapport, bien ancré dans la communauté. Il connait la culture Osage, il parle leur langue, il les soutient et tout. Mais ce que j'ai adoré, c'est que justement, le film ne nous dévoile rien de plus pour le moment. Il accueille Ernest et le soutient et le pousse à s'intéresser à ce peuple. Et il va même jusqu'à mollement être manipulé pour aller flirtrer avec Molly une osage célibataire. On sent que l'oncle est manipulateur et pas complètement désintéressé mais ça en reste là.

On suit un peu la vie du couple et tout semble se passer plutôt bien. Il y a tout un arc sur les problèmes de diabètes des indiens et notamment l'arrivée d'un médicament experimental : l'insuline. On voit que Ernest est réellement amoureux de sa femme.

Et un peu plus loin dans le film, on commence à nous montrer que finalement Ernest n'est pas une oie blanche. Il n'hésite pas trop à aller déposséder des gens de leurs bijoux en trop. Et ça va même plus loin, puisqu'on commence à nous montrer qu'il commandite même des meurtres. On a été manipulé depuis le début. DiCaprio depuis qu'il est arrivé est un malfrat mais tout cet aspect nous a été caché. C'est super malin, on s'éloigne des films de gangsters de Scorcese on l'on assiste à toutes les magouilles/meurtres/saloperies diverses et variées.

Certe on se doute que le type n'est pas un saint et surtout son oncle est bien trop gentil pour l'être réellement. Mais là on découvre a posteriori que c'est quand même un gros morceau. Leur plan est simple : devenir légalement des héritiers des osage fortunés puis éradiqués tous les autres co-héritiers un à un.

Alors que le film aurait pu être bien plus spectatulaires à tout montrer frontalement, non on a juste les à-côtés et ça marche trop trop bien.

Les performances d'acteurs de tout le monde à l'écran est top. Sérieux, DiCaprio me laisse sur le cul (et le sien prend cher). Mais De Niro aussi. Sérieusement, sa fin de carrière avec tous les films où il fait le bouffon ça me fait mal, alors qu'il arrive à prouver qu'il a encore tant de talent !

À la fin du film, il y a une scène assez cool. On y voit une émission de radio de l'époque, où des acteurs présentent les faits et racontent les meurtres. Le tout est agrémentés de bruitages fait en live avec des bruits de portes qui claquent, des sons de machines à écrire et tout, c'est assez fun à voir. Et c'est là qu'entre en scène Martin Scorcese pour déclamer quelques lignes.

Sacré film dis donc. Un régal pour les yeux, le scénar, le jeu d'acteur. La musique est assez sympa aussi avec certains morceaux extra-diégétique qui semblent un peu anachroniques avec ces sonorités dans le fond. J'ai bien aimé aussi.

Est-ce qu'on aura le droit à un autre film de la part du maître ?