La Tour

Guillaume Nicloux ni scénar

Histoire : 🔗

Sans que personne ne s'en rende compte, une tour se retrouve complĂštement isolĂ©e de l'extĂ©rieur. Toutes les fenĂȘtres et portes extĂ©rieures sont entourĂ©es d'un voile noir qui dĂ©truit tout ce qui le touche.

La survie des habitants s'organisent avec trois clans et de la débrouille.

Ressenti : 🔗

Allez hop, un ptit film français de surnaturel qui parle de survie c'est cool.

L'idée de départ est trÚs chouette. Cet aspect surnaturel est assez simple et prétexte a pas mal d'histoires cocasses.

Il y a beaucoup de personnages, faut dire que c'est une grande tour donc avec beaucoup de logements et donc d'habitants. Il y a par contre trop de personnages. Sans dec, ils sont trÚs nombreux. Dur de savoir qui est qui et de s'en rappeler. Surtout qu'au final il n'y a pas spécialement de héros il y a tout juste un personnage qu'on suit un poil plus que les autres mais pas plus que ça non plus.

Non en fait c'est carrĂ©ment le bordel. J'ai le sentiment qu'il n'y avait juste pas vraiment de scĂ©nar. AprĂšs l'idĂ©e de dĂ©part, ils ont dĂ» Ă©crire que des bouts de scĂ©nar Ă©parses pas vraiment reliĂ©s les uns aux autres. C'est presque une sĂ©rie d'Ă©pisodes plus ou moins indĂ©pendants se passant au mĂȘme endroit avec un lore commun. Et j'ai vraiment pas aimĂ© cet aspect.

Vu qu'il n'y a pas grand-chose Ă  espĂ©rer dans un monde oĂč il ne reste qu'une tour et que 
 bha l'environnement est rĂ©duit Ă  peau de chagrin forcĂ©ment il n'y a 
 bha rien Ă  faire et bien les protagonistes n'ont pas d'objectifs. Ils ne peuvent pas luter contre le voile pour tenter de le repousser, il n'y a pas Ă  tenter de l'Ă©tudier pour voir comment il fonctionne. Non c'est juste un truc qui fait disparaitre toute matiĂšre qui rentre en contact et puis c'est comme ça. Du coup, il n'y a pas d'expĂ©ditions, pas de "contre-attaque", non les persos subissent et c'est tout. Ils ne font que tenter de survivre en subissant leur malheur.

Bon bha le film est orientĂ© survie et du coup ça donne quoi ? Bha 
 c'est merdique. Il y a six axes de survie :

  • Les robinets fonctionnent parfois mais d'autres filtres l'eau de ruissellement.
  • Rationner la bouffe. C'est mentionnĂ© une fois et c'est tout.
  • Faire pousser quelques lĂ©gumes dans les rares pots de fleur ou bac de terre en intĂ©rieur. Le rendement est juste naze et de toute façon il n'y a que trĂšs peu de terre, rien de pĂ©renne.
  • Élever des animaux domestiques pour les bouffer. Heuuu ouai ok et comment vous les nourrissez ?
  • Mettre en cloque les meufs et bouffer le bĂ©bĂ©. C'est encore plus con que le point prĂ©cĂ©dent.

C'est 
 trÚs décevant.

Un autre point assez étrange c'est la durée de l'histoire. C'est assez compliqué de savoir combien de temps se passe. Les rares indices explicites sont certaines meufs qui tombent enceinte et dont on voit le mioche plus tard. Du coup il se passe bien plusieurs années mais c'est rarement clair là non plus.

Je me dis que vu que niveau persos c'est le bordel, niveau crédibilité c'est zéro, le réal voulait plus travailler sur un ressenti, une ambiance générale. Et là, ça marche plutÎt bien. L'immeuble déjà est immonde, c'est lugubre, les habitants s'organisent en reliant les apparts entre eux en perçant les murs, ces escaliers semblent sans fin et sont le lieu d'une bonne partie des rencontres. Il y a des graffitis, plus le temps passe plus c'est destroy de partout. Sur ce point c'est vraiment trÚs réussi.

Un peu plus de scĂ©nar aurait pu rendre ce film trĂšs trĂšs cool. Mais au final c'est juste assez inintĂ©ressant. Alors ouai, ça aborde beaucoup les relations humaines mais bon vu que les personnages sont tous survolĂ©s, c'est difficile de tout comprendre. Quand ça mentionne un “GrĂ©gory” que tu vois pas qui c'est, toussa
 Bon bha ça lasse un peu.

Heureusement que le film n'est pas trop long. L'idée de base est trop cool mais ils n'ont pas réussi à construire par-dessus. Déçu.