Land of the Dead

Histoire :

Ça y est les zombies ont vraiment pris le dessus, les humains se sont réorganisés. Nous avons recréé un semblant de société dans des quartiers que l'on a sécurisé.

Des expéditions ont lieu la nuit pour looter un peu de matos, les riches habitent les hauts quartiers les pauvres se divertissent comme ils peuvent dans des jeux violents avec de la prostitution et tout.

Les inégalités sociales ne vont pas convenir à tout le monde.

Ressenti :

On sent qu'on a franchi un cap d'un point de vue modernité. Vingt ans après le précédent opus ça se remarque. Mais du coup ça perd un peu sa patine que j'appréciais, là ça fait de suite film un peu plus basique. Probablement que dans vingt ans il aura son ptit charme à lui (très certainement).

Le film continue d'aborder de nouveaux aspects d'une apocalypse zombies avec ici la restructuration des humains et la lente évolution des zombies. La survie s'organise petit à petit mais les humains en sont encore à piller les réserves de l'ancien monde pour survivre. Ils sont par contre pas mal préparés avec des véhicules adaptés pour ça, des armes, des process… bref ça s'est plutôt bien organisé.

Le film a gagné en ampleur avec des décors encore plus grands et surtout beaucoup plus d'humains et donc de costumes et tout. Ça a de l'allure et ça ne semble pas trop pourri d'effets numériques encore.

Dans les ptits clins d'œil on retrouve toujours Tom Savini pour un ptit caméo (c'est le monsieur effets spéciaux pratiques pour rappel, l'embettez pas, il bosse bien). On a aussi Simon Pegg et Nick Frost qui ont gagné la sympathie de George Romero himself pour leur Shaun of the Dead du coup ils ont droit à leur petite séquence.

spoil

Bon, chaque film montre une évolution des zombies. Là, ils commencent à être capables de communiquer entre eux.

Ils semblent également avoir des émotions de tristesse et semble pouvoir apprendre à se servir d'objet voir à s'expliquer des trucs. Une partie de leurs souvenirs d'antan peuvent leur être utile.

D'ailleurs ça se finit par le héro humain qui épargne un zombie en ayant de la compassion pour lui.

Bon, je suis pas contre l'évolution et tout, mais d'ici deux trois films il va y avoir des histoires d'amour humain/zombie ou quoi ?

C'est un épisode intéressant qui s'inscrit bien dans sa saga. Techniquement il est bien cool avec toujours du gore comme il faut, pas d'abus de numérique, une ambiance nocturne qui rend bien. Une ville-refuge plutôt bien montré avec les appartements classes et la "basse-cour". Les riches au pouvoir veillent à divertir les pauvres (la bonne vieille stratégie qui fonctionne) tout en les maintenant dans une situation merdeuse.

Bref, je vous le conseille.