Leviathan

Histoire : 🔗

La station de minage sous-marine approche de la fin de sa tournĂ©e aprĂšs trois mois de boulot isolĂ©e sous l'eau. L'Ă©quipage se rĂ©jouit Ă  l'idĂ©e de remonter et rentrer Ă  la maison. Il y a quand mĂȘme une bonne ambiance globale dans cette petite troupe.

Lors d'une sortie, un des membres tombe sur une épave d'un vaisseau russe le Leviathan. Il en sort un coffre-fort qu'ils s'empressent tous d'ouvrir. Ils y trouvent notamment les avis de décÚs des membres d'équipage ce qui ne les rassurent pas vraiment mais c'est vite oublié grùce à cette bouteille de vodka.

Ressenti : 🔗

Bon alors sortez votre scaphandre et votre popcorn et soyez indulgent on va s'aventurer dans la abyssploitation du début 90 ! De 88 à 92, il y a eu un raz de marée de films à thématique sous-marine en salle. Il y a eu Abyss qui est bien et les autres.

Celui-lĂ  est l'Ɠuvre de George Pan Cosmatos qui m'avait infligĂ© Rambo 2. Donc pas un as de la rĂ©alisation. Et ça se ressent, c'est trĂšs inĂ©gal avec des bons aspects et d'autres oĂč ça pĂȘche vraiment, ce qui explique sa note de "cool/meh".

Il y a des moyens avec des dĂ©cors vraiment pas dĂ©connants, des acteurs qui se sont dĂ©jĂ  un peu illustrĂ©s, des effets pratiques loin d'ĂȘtre dĂ©gueux et pourtant ça ne parvient pas Ă  maintenir la tĂȘte hors de l'eau. C'est pas un dĂ©sastre absolu non plus et c'est mĂȘme plutot divertissant. Premier gros problĂšme c'est la direction d'acteur. C'est vraiment dur de se laisser aller et d'y croire. Le surjeu des acteurs est navrant. C'est l'antichambre AB production ou quoi ?!

AprĂšs il y a le scĂ©nar. Ça commence asssz bien et c'en est presque surprenant mais Ă  partir de la moitiĂ© ça devient un naufrage. Et le pire, c'est que ça ne sait pas comment conclure. Alors que tout se termine, il faut rallonger la sauce pendant 5 minutes juste pour rien avec des requins puis un comeback du montre. Parceque oui il y a une bĂ©bette pas bien gentille.

C'est un vrai pot pourri. Le scĂ©nariste a trĂšs probablement vu de trĂšs bons films puisqu'on sent de grosses inspirations. Bon probablement pas Abyss (la plus Ă©vidente mais niveau timing c'est peu probable), mais probablement Alien. Ouai un vaisseau spatial ou sous-marin c'est sensiblement la mĂȘme chose. Tu rajoutes une grosse bĂ©bette, une poignĂ©e d'humains qui meurrent les uns aprĂšs les autres, des lances-flamme et un personnage nommĂ© Jonesy (mais moins mignon). D'ailleurs Jerry Goldsmith est ici aussi Ă  la composition. Bon ça sent aussi The Thing mais en bien moins inspirĂ© et surtout des effets visuels bien moins rĂ©ussis. C'est marrant comme avec d'aussi bonnes inspirations ça arrive quand mĂȘme Ă  se noyer.

C'est maladroit en plus. Les enchainements du montage sont étranges. Vers la fin on a une ptite musique joyeuse alors qu'un perso vient de mourir
 Pire encore : alors qu'il ne reste plus que la meuf sportive, le capitaine beau gosse et le mécano noir et qu'ils atteignent la surface, vla-t-y pas que la chose chope une personne. Bon je vous laisse imaginer qui doit mourir (indice pas un blanc). Je vous passe la scÚne un peu naze et là moins de deux minutes plus tard, les deux protagonistes restants sont tout heureux car sauvés. Vraiment te réjouir que tout va bien quand tous tes collÚgues sont morts dont le dernier il y a moins de quinze secondes c'est légÚrement égoïste. On va dire qu'ils ne réalisent pas trop et qu'ils sont submergés d'émotions contradictoires.

J'en ai pas parlĂ© dans les influences mais il y a notamment les combinaisons. Elles sont Ă©normes, du scaphandre de compĂšt' du futur pour rĂ©sister Ă  la pression et tout mais elles sont quand mĂȘme mal branlĂ©es : les modĂšles pour hommes ça va, mais par contre le modĂšle pour les meufs souffre d'un dĂ©faut majeur : tu ne peux l'utiliser qu'en culotte. Donc si par malheur tu es poursuivi hypothĂ©tiquement par un monstre, tes colĂšgues masculins pourront rentrer direct dans leur combi, pendant que toi, tu te dĂ©sapperas.

Bref, le film pourrait ĂȘtre bon mais flirt un peu trop avec le nanar. Disons que c'est un nanar deluxe avec des moyens mais un rĂ©alisateur pas ouf et un scĂ©nariste pas douĂ©. Ça se joue Ă  pas grand chose et pourtant c'est un naufrage. Il parait que c'est pas le pire dans son genre