The Matrix : Resurrections

Histoire :

Thomas Anderson est un célèbre développeur de jeu ayant fait fortune avec sa série de jeu Matrix. Il n'est cependant pas au meilleur de sa forme psychologique surtout quand il apprend de son patron qu'il va devoir remettre le couvert pour une suite quinze ans plus tard.

Il se retrouve malgré lui à discuter avec Tiffany une femme qu'il observe depuis quelque temps dans son coffee shop. Il dévoile qu'il est le fameux auteur du jeu vidéo.

Ressenti :

Hmmmm je dois avouer que j'avais de très grandes attentes et que je partais très confiant. La première scène d'introduction est un pur hommage du premier et ça y est j'étais embarqué. Puis on arrive sur notre Thomas Anderson au courant de rien, et là … j'ai eu plus de mal à accrocher.

Le film a un propos très méta en incluant les films précédents comme s'il s'agissait au final de jeux vidéos. L'histoire précédente est donc intégrée étrangement dans ce nouveau film. Et on cite Warner Bros qui pousse du pied le studio à faire une nouvelle suite. Ça brouille un peu plus les pistes : quel morceau est la réalité (de notre monde pas de l'univers matrix) et quel morceau est de la pure fiction inventée.

Ça m'a rappelé Space Jam 2 et c'est pas une bonne référence ! Est-ce que tous les films de la Warner vont jouer cette carte de cracher sur WB ?

Le film a plein de clins d'œils aux précédents opus en insérant de courtes scènes carrément. Bon, c'est justifié dans le scénario et tout. Mais c'est assez peu commun pour être notifié.

Le second point qui m'a chagriné c'est le rythme assez inégal. Le film parvient à bien s'emballer par moment puis un passage à vide vers le milieu avant de reprendre de plus belle. Je suis pas contre les variations de rythme mais là c'est quand même pas mal longuet ce passage molasson.

L'ultime point qui m'a gonflé c'est les touches d'humour. Ils ont repris un peu la formule Marvel. Des scènes d'actions de fou, des moments dramatiques, de la tension, des personnages charismatiques et pouf une blagounette qui désamorce un peu tout ça. J'ai trouvé ça très dommage. Bon ça n'arrive que deux à trois fois dans le film mais ça tranche avec le sérieux habituel de la série de film.

Donc, est-ce que la série de film avait besoin de cette suite quinze ans plus tard ? Hmmm pas forcément, mais les nouveautés apportées par ce film enrichissent encore cet univers et apporte une conclusion qui me plaît bien plus. Par contre, je sais pas si le nouveau ton va plaire aux fans hardcores. Les films avaient un style visuel très marqué avec un univers sombre, c'était vraiment très sérieux et ici il y a une petite rupture d'ambiance. Ce n'est clairement pas un prolongement fainéant de la série. Cet épisode a fait de nouveaux choix et pris des risques.

Même s'il y a ces quelques points noirs, à-côté de ça j'ai trouvé le film très agréable. Visuellement c'est impeccable. Certe il n'y a plus le côté révolutionnaire qu'à été le premier, depuis on a vu pas mal de films proposer des folies visuelles. Du coup, en étant blasé, le film n'apporte pas vraiment d'éléments qu'on a jamais vu ailleurs mais ça n'en fait pas une daube pour autant.

D'un point de vue musique, ils ont remis leur remix de White Rabbit de Jefferson Airplane qu'ils avaient posé dans le trailer. Et bon bha, c'est une tuerie pure et simple. J'ai l'impression qu'ils ont mis des remix de morceaux que l'on retrouve dans le 1 d'ailleurs (faudrait que je revois le film pour en être sûr mais il m'a semblé avoir entendu au moins deux morceaux du 1).

Ici ça va spoil ! Bon, ils ont trouvé un moyen de faire sortir un programme de la matrice pour lui donner une consistance dans le monde réel. C'est pas mal. Mais on nous présente ça au début comme ayant des limitations sans nous en dire plus par contre dans le reste du film on voit ce *Morpheus* faire à peu près ce qu'il veut : il s'introduit dans des conduites minuscules, super loin, dans le monde des machines…

J'ai vraiment beaucoup aimé la fin quand il nous est révelé que certe Neo is the one mais qu'en fait Trinity is the one aussi. En gros l'un sans l'autre ça ne marche pas. Ils sont tous les deux aussi important et que c'est leur symbiose qui décuple leur pouvoir. Ils se sont fait revivre l'un l'autre mine de rien.

J'ai un peu l'impression que le film a été charcuté au montage. Je me demande si pas mal de contenu n'aurait pas été jarté pour diverses raisons :

  • Le Mérovingien revient pour un rôle plus qu'anecdotique.
  • Smith … il fait la girouette comme ça ? Il devient quoi ?
  • Niobe semble avoir un grand rôle mais au final pas tant que ça ?
  • Et Zion on peut pas en savoir un peu plus ?

J'ai ptet pas tout retenu/capté mais du coup, maintenant il y a des machines amies dans le monde réel. Mais comment est-ce qu'elle fonctionne ? Leur électricité provient également d'humains ?

Ha et un autre détail qui m'a interpellé c'est qu'on nous révèle que Néo et Trinity s'avérait être d'excellent générateur d'énergie en étant côte-à-côte. Mais à partir du moment où Néo est extirpé du truc, la production aurait dû s'écrouler et les machines auraient dû en pâtir, non ? Et puis si Néo est dehors, à quoi bon garder Trinity vu qu'ils doivent être deux pour être efficace.

Bon, je m'étais fait spoiler cette conclusion avec les images du tournage où on les voit sauter de l'immeuble puis Trinity s'envoler en trainant Néo.

J'ai été un poil déçu par ce nouveau Morpheus. Bon son origine est cool, mais par contre il n'a pas un dixième de l'aura classieuse de son ainé. Bon alors déjà, quand tu vas bastonner et tout tu tentes de pas t'habiller avec le costard le plus voyant du monde. Certe c'est joli mais un truc un minimum plus camouflé aurait aidé. Et puis coupez-lui son module d'humour, ça colle pas du tout au personnage. Leave Morpheus Alone !

J'ai beaucoup aimé Bugs qui est de loin le meilleur nouveau personnage de ce film. Pfiou ce qu'elle envoie sans non plus être une machine de guerre toute puissante. Elle virevolte, elle mène la danse, elle pousse le scénar.

Ce film c'est clairement du Girl Power bien foutu. Néo a passé son flambeau à Trinity, Niobe gère la ville humaine et Bugs est une capitaine hors pair et super efficace. Et c'est montré suffisamment subtilement pour que ça ne soit pas grotesque.

Et donc par rapport aux théories que j'avais imaginées

Alors ouai, déjà une grosse partie du film se passe hors de la matrice. Il se passe un bon morceau de film avant que Thomas Anderson "redevienne" Néo.

J'avais bien capté les deux cocons de Néo et Trinity mais je pensais pas qu'elle serait réellement morte ce qui n'est pas le cas. Par contre j'avais vu juste concernant le fait qu'elle serve un peu d'"avatar" vu que c'est ce qu'il se passe pour son extraction de la matrice. Trinity était donc bien vivante contrairement à ce que j'avais imaginé.

Bon, on a pas eu d'affrontement entre l'Architecte et Néo. C'est un peu dommage mais au final le personnage mystérieux de la bande annonce n'était que Smith que je ne pensais pas revoir.

Bon les glyphs jaunes … bha non par contre c'était juste pour faire joli, ça n'était pas dans le film.

Conclusion : je suis nul en théories.