Nomadland

Histoire :

Fern vit seule dans son van de ptits boulots qui l'amène à différents endroits des USA. Elle n'a que très peu de revenus et vit donc de trois fois rien.

Ressenti :

Je vous avais mentionné ce film quand j'avais regardé la bouse qu'est Eternals (truc du MCU). C'est la même réalisatrice qui ici a remporté un oscar (comme quoi Marvel arrive à prendre d'excellents réalisateurs pour leur faire pondre une daube…).

Bref, ici on a une Frances McDormand très touchante dans un rôle assez difficile. Son personnage survit tant bien que mal dans une amérique moderne touchée par la crise financière de 2008. Toute l'équipe a d'ailleurs vécu dans des vans le temps du tournage pour s'imprégner dans l'ambiance.

La plupart des personnages dans le film ne sont d'ailleurs pas incarnés par des acteurs. Ils ont d'ailleurs tous leur vrai prénom. Certains d'ailleurs ne connaissaient pas Frances.

Le film est lent et n'a pas de grande histoire à raconter, c'est plus une succession de moments racontant une année auprès de Fren. Mais ça n'en est pas pour autant inintéressant, bien au contraire. Le film est parfois contemplatif, parfois très émotionnel voir assez dur.

Le film se déroule à divers endroits des USA mais toujours dans les coins un peu reculés. On y croise principalement des gens du même milieu et quand Fern se retrouve à revenir dans le monde plus traditionnel c'est un contraste assez marquant.

Le film s'est pris une interdiction au moins de 17 ans parcequ'à un moment Frances se baigne à poil dans la rivière… C'est un peu sévère dites donc. Il n'y a rien de sexuel dans la scène et puis on ne voit que sa poitrine et c'est de loin… ils sont vraiment fragiles ces ricains.

Vraiment très chouette film. Reposant, joli et qui montre une facette souvent ignorée du cinéma américain : les reclus.