Portrait de la jeune fille en feu

Histoire : 🔗

Marianne se rend chez une comtesse où elle doit peindre le portrait de sa fille Héloïse sans que celle-ci ne n'en rende compte. En effet, à l'issue de cette peinture, Héloïse sera contrainte de se marrier à un riche milanais qu'elle ne connait pas. Marianne est donc incognito et joue le rôle de dame de compagnie.

Ressenti : 🔗

Tiens tiens le nom de la réalisatrice me parle ! Céline Sciamma … hmmmm (je fais bien semblant ? Vous y croyez ?). Haa mais oui ! C'est celle qui avait fait le très sympatique Petite Maman dont j'ai vraiment un excellent souvenir !

Bon bha ça m'a bien moins touché. Les romances ça me laisse assez indifférent. Surtout que dès le début on comprend l'issue de l'histoire.

spoils mais bon …

Toute l'intrigue se déroule dans un flashback. Marianne donne un cours de peinture quand quelqu'un sort un tableau qui la déstabilise. Hop retour arrière.

Bon bha on comprend qu'elle a un très fort affect pour cette toile. Elle est triste, ça s'est donc mal fini. Voilà elle nous spoil tout !

Bon à moi de vous dévoiler la suite. Elles tombent amoureuses l'une de l'autre. Mais elles savent qu'elles n'ont aucun avenir, le marriage est sur les rails.

C'est dommage d'avoir démarré le film de la sorte je trouve. On sait du coup qu'elles ne finissent pas ensemble et donc … bha … oui ça spoil le truc quoi. Je ne me suis pas dit : "et si en fait elles se mettaient en couple et annulaient le marriage ?" D'un autre côté, en sachant que la destination serait pas intéressante, je me suis laissé aller à profiter du voyage.

Visuellement il se dégage une certaine froideur. C'est austère je trouve. Les intérieurs sont assez vides, peu de couleurs, pas de rouges, pas de déco. Ça a beau se dérouler dans un grand manoir ça ne fait pas rêver. Et les extérieurs sont pas mieux. Il fait beau mais il n'y a pas de plantes, pas d'arbres, pas de repères pour accrocher l'œil. C'est vide. Il n'y a vraiment que la falaise qui tranche avec le reste.

L'histoire se déroule au XVIII ème siècle et du coup un gros boulot a été fait sur les costumes. Mais aussi sur l'éclairage à la bougie qui est donc sombre et ne parvient pas à illuminer tout uniformément. Ça instaure une ambiance plus chaude et cozy mine de rien.

Bon bha même si je n'ai pas accroché, c'était pas non plus un mauvais moment. Il me marquera probablement peu.