Rollerball (2002)

Histoire : 🔗

Un jeune branchouille toujours en recherche de sensations fortes et amateur de sport se voit proposer de se mettre au Rollerball. Il s'agit d'un sport ultra violent faisant sensation en asie. C'est un moyen permettant de rapidement faire fortune si l'on y survit.

Ressenti : 🔗

Ho wow ! Et bhé quelle purge.

Bon je savais dans quoi je m'embarquai, j'avais déjà vu (et revu) la vidéo Chroma concernant ce film. Mais de le voir en vrai c'est quand même quelque chose. Rien ne va.

Bon déjà les scènes de grand frisson où ça fait des sports de l'extrèmes. Bha ça marche absolument pas, c'est mou et tellement cuté qu'on ne capte pas rien. C'est dommage que même cet aspect soit foiré.

Bon ensuite l'histoire … Bha … c'est … insipide. On sent que ça a été massacré et que donc le film n'est plus qu'une coquille vide qui a s'est faite dénaturée. Jean Reno est insupportable, la critique des médias est juste superficielle, les gentils américains tentent de s'enfuire en laissant les autres de l'équipe à un funeste destin, il y a une scène de sexe sortie de nulle part, … Vraiment ils n'ont laissé dans le film qu'un cahier des charges du strict minimum sans avoir laissé d'éléments pour lier le tout avec un peu de cohérence.

Apparemment, il devait y avoir une histoire de révolution et on en a un tout ptit chouilla à la fin mais ça aussi du coup ça sort de nulle part. Bref, c'est navrant.

Mais bon pourquoi j'ai regardé ça ? Et bien parceque je voulais me faire le film Rollerball de 1975 qui lui a remporté un saturn award. Bref, ça arrive bientôt.

Par moment il y a une ptite vibe Running Man. Les costumes, l'émission de téloche, la violence toussa. Mais vingt ans plus tard c'est bien moins tolérable (et puis il n'y a pas Schwarzy).