Shin Godzilla

Histoire : 🔗

Un tunnel sous-marin s'effondre, les autorités japonaises se concertent pour savoir quelle réaction adopter. Quelques heures plus tard, alors que la cause est toujours inconnue, une créature géante se promÚne dans l'eau.

Les autorités ne savent comment réagir et rassemblent de nombreux experts pour décider d'un plan d'action. La bestiole que l'on pensait vivre exclusivement dans l'eau et incapable de marcher finit par sortir de l'eau et commence à se promener et à déambuler en ville détruisant tout sur son passage.

Les experts contredits sont perplexes, les autorités également et cherchent encore quoi faire.

Ressenti : 🔗

Sans surprise, le spectateur sait tout de suite qu'il va ĂȘtre question de gros monstre en colĂšre. Je ne suis pas du tout un habituĂ© de ce genre de film. Je dois mĂȘme avouer que je n'ai vu que les rĂ©alisations amĂ©ricaines sur le ce bon gros Godzilla. Mais Monsieur Bobine a maintes fois mentionnĂ© ce film et l'a pas mal encensĂ©. Me voilĂ  donc Ă  dĂ©couvrir ce film de 2016.

Bon c'est donc une production japonaise, on a donc un casting d'inocnnu (tout du moins pour moi). Ensuite, on a le droit à une VO qui nous met de suite à 100% dans l'ambiance. Ayant maté quelques animés je dois avouer qu'entendre du japonais me met déjà en émoi. D'ailleurs rien que le logo de la Toho en début me fait plaisir.

En fait j'imaginais deux scĂ©narios possibles pour le film. Soit garder un long suspens sur la nature de la bestiole pendant un long moment soit partir du postulat “ouai ok c'est un kaiju c'est normal” et hop partir dans l'action. AprĂšs tout c'est le cinquantiĂšme film sur Godzilla est-ce qu'il y a encore un intĂ©ret Ă  jouer le suspens ? Mais j'ai trouvĂ© que le film fait un peu un mix des deux. Certe les protagonistes eux ont le suspens, mais les spectateurs ont directement le droit Ă  la bĂȘte. Et en fait, une bonne partie de l'intrigue du film ne repose pas sur le monstre en lui-mĂȘme mais plus sur l'aspect politique et administratif.

Ce point m'a Ă©normĂ©ment surpris. Je ne pensais pas qu'en regardant un film catastrophe de monstre, on tenterait de me montrer une critique politique. C'est bien simple, pendant la premiĂšre moitiĂ© du film, Godzilla est passif. Certes il pĂšte des trucs en se promenant, mais il n'a pas un comportement agressif pour autant. Il est en balade, il est balourd et dangeureux mais il n'attaque pas, il ne crie pas, il vit un point c'est tout. Et pendant cette longue pĂ©riode, les protagonistes humains sont juste en train de tenter de s'organiser. Ça manage, ça drive, ça dĂ©bat mais en pratique il n'y a pas d'action. Bon, certes il est fort probable que rien n'aurait pu vraiment ĂȘtre tentĂ© auparavant mais c'est un point trĂšs mis en avant dans le film.

Franchement, je ne m'attendais pas Ă  ça. Et c'est vraiment cool Ă  regarder. On voit que certains persos profitent de la situation pour faire de la stratĂ©gie politique en se plaçant, se mettant en avant, limite Ă  tailler les Ă©quipes potentiellement adverses (alors qu'ils ont un but commun). Et le film est mĂȘme explicite sur ce point avec des personnages qui Ă©voquent ces faits. Cet aspect m'a beaucoup plu.

Bon, aprĂšs j'Ă©tais quand mĂȘme parti dans l'optique de voir de la castagne toussa. J'ai envie de savoir comment les Japonais envisagent de pouvoir se dĂ©patouiller d'une telle situation. Et 
 c'est lĂ  que ~malheureusement~ , non je dĂ©conne j'ai bien aimĂ© cet aspect aussi. C'est au moment oĂč les humains deviennent hostiles que Gojira devient lui aussi hostile.

comment se débarasser d'un kaiju

Bon alors, notre gros mĂ©chant s'avĂšre ĂȘtre capable de tirer des rayons lasers par sa gueule et ses plaques dorsales. Sauf que bon, il n'a pas d'~argent~ Ă©nergie magique, lorsqu'il fait ça il se fatigue et a besoin de se reposer.

Alors que le consensus international est de balancer une partie de l'arsenal nuclĂ©aire en plein Tokyo pour tenter de tuer la bĂȘte, les nippons prĂ©fĂšreraient une solution avec un poil moins d'effet secondaire sur leur territoire. Gojira a fait une dĂ©monstration de toute sa puissance mais du coup il est dans une sorte d'hibernation forcĂ©e pour deux semaines pour qu'il puisse se requinquer.

Un plan est donc établi et mis à execution au moment du réveil de l'affreux.

De nombreux drones de combats vont l'attaquer afin de le pousser à déclencher ses lasers. Plusieurs vagues sont prévues afin de le fatiguer. Une fois qu'il ne pourra plus trop répliquer, ils vont tout simplement défoncer les gratte-ciels environnants (oui il dort debout en pleine ville) pour que ça lui tombe sur la gueule. Sonné et en partie bloqué par les gravats, de nombreux camion-pompe-à-béton vont se déployer et lui verser un puissant coagulant pour le sang directement dans le bec.

Étonnament ça marche. Notre pauvre bestiau semble se changer en pierre une fois que la dosse colossale lui est administrĂ©. Et voilĂ , Tokyo a dĂ©sormais une magnifique statue gĂ©ante de Gojira en plein milieu des dĂ©bris.

Mais rien ne nous dit qu'il ne se réveillera jamais !

J'ai vraiment beaucoup aimĂ© le film. Visuellement c'est cool mĂȘme si bon, les effets spĂ©ciaux numĂ©riques sont par moments un peu lĂ©gers. C'est bizarre parcequ'Ă  d'autres moments c'est trĂšs bien fait. Les premiĂšres apparitions du kaiju pue les effets 3D dĂ©gueulasse avec des textures un peu floues. Mais Ă  cĂŽtĂ© de ça, les effets de destructions de la ville oĂč juste l'intĂ©gration du monstre dans les rues et les paysages sont plutĂŽt convaincants.

Tiens c'est marrant, plusieurs fois dans le film on entend une musique d'Evangelion : Decisive Battle. Pendant le visionnage je me disais bien que ça y ressemblait mais je pensais que c'était juste une composition ressemblante mais non j'ai vérifié c'est bien ça ! Mais il s'avÚre qu'un des réalisateurs est celui de Rebuild of Evangelion. Et que l'autre est scénariste de la série à l'origine des films. Voilà, tout s'explique.

Le film est trÚs cool et je me délecterai volontier d'une suite