Shutter Island

Qu'est-ce qui serait pire ? Vivre en tant que monstre ou mourir en homme bien ?

Histoire : 🔗

Teddy est un marshall venu du continent sur l'Ăźle de Shutter Island servant d'asile psychiatrique. Une patiente a simplement disparu et avec son nouveau colĂšgue Chuck il va tenter d'enquĂȘter pour la retrouver.

Malheureusement la collaboration avec le personnel soignant et les gardes le gĂȘne dans son enquĂȘte. Faire la lumiĂšre sur ce mystĂšre s'annonce plus compliquĂ© que prĂ©vu.

Suite quasi sans spoil

Il interroge le personnel, certains patients, des gardes et rien ne semble coller. Certaines réponses sont bien trop similaires et semblent avoir été répétées. Certains lieux lui sont tenus à l'écart et il commence à se dire que l'asile renferme un secret bien plus grand que prévu.

Une patiente lui Ă©crit discrĂštement le message “RUN” sur son carnet. Il trouve un mot Ă©voquant la “loi des quatre” ainsi qu'un Ă©ventuel 67Ăšme patient. Et ce n'est pas l'aide du docteur John Cawley, tenant l'Ă©tablissement, ni mĂȘme celle de Docteur Naehring qui lui permettront de trouver quoi que ce soit Ă  ce propos. Il menace alors de quitter l'Ăźle et d'abandonner l'enquĂȘte et dĂ©cide de partir le lendemain matin par le ferry.

Pas de bol, c'est le dĂ©but d'une sacrĂ©e tempĂȘte et donc on peut oublier le ferry. Mais c'est du coup une parfaite occasion pour se rendre dans le bĂątiment C qui Ă©tait hors limite et d'y rencontrer quelques patients sans aucune surveillance. Il s'y fait attaquer par un dĂ©tenu parmi les plus dangeureux mais il parvient Ă  s'en extraire et mĂȘme Ă  prendre le dessus sur lui. C'est l'intervention in extremis de Chuck qui parvient Ă  le raisonner et d'Ă©viter de trop lourdes blessures.

Mais du coup, alors que Chuck emmĂšne le patient Ă  l'infirmerie, il profite d'ĂȘtre seul pour continuer d'explorer les cellules et tombe sur un patient qui commence Ă  pas mal parler et qui semble savoir beaucoup trop de choses.

Bon je vous fais pas tout le film, je vous laisse le plaisir de découvrir la suite.

Ressenti : 🔗

Ce film est super cool. L'histoire est géniale. DiCaprio a trÚs bien bossé, Scorcese aussi.

On a ici une super enquĂȘte policiĂšre dans un asile sur une Ăźle isolĂ©e dans les annĂ©es 50. C'est un peu alambiquĂ©, il y a des retournements de situations, on ne sait jamais qui croire chaque personnage semble plus louche que le prĂ©cĂ©dent. Notre enquĂȘteur vient pour trouver un patient disparu, mais rĂ©vĂšle plus tard Ă  Chuck qu'en fait il mĂšne une enquĂȘte perso sur un autre patient. Mais aprĂšs il commence Ă  mener l'enquĂȘte sur l'asile et son administration. Son collĂšgue bien sous tout rapport disparait sans vraiment prĂ©venir. Le directeur, super coopĂ©ratif et un peu trop gentil, commence Ă  Ă©veiller des soupçons. À cela on ajoute des cauchemars rĂ©veillant un vieux traumatisme.

On est de plus en plus perdu à mesure que ça avance. Et c'est vraiment super bien ! Le scénar est super bien foutu. Au début ça fait un poil bordélique, ça part un peu dans tous les sens, mais en connaissant le bousin et en le revoyant on s'aperçoit que tout s'emboßte parfaitement bien. C'est cohérent et bien branlé.

La réalisation est comme d'hab super propre. Mais par contre niveau musique bon bha ils se sont pas fait chier. 0 composition originale, juste, récuperé des morceaux de droite et de gauche. Petite dédicace aux gens qui détestent Max Richter.

Les dĂ©cors sont magnifiques. C'est grand, c'est beau. Vous avez vu cet escalier en colimaçon dans le phare ? Quand Teddy le gravit et que la camĂ©ra tourne au mĂȘme rythme et que le mur dans le fond dĂ©file, ça rend si bien !

spoil total

Bon donc en fait, l'enquĂȘte pour retrouver la patiente est juste 100% bidon. Cette patiente n'existe pas, tout est une machination. Teddy notre marshall est en fait đŸ„ un patient !

Il est internĂ© mais ses troubles psychiatriques ont poussĂ© l'Ă©quipe de docteurs Ă  tester une autre technique. Au lieu d'avoir recours Ă  un traitement par Ă©lectrochocs, ils tentent de le laisser vivre son dĂ©lire et Ă  entrer dans son jeu. Leur but est qu'il se rende compte de lui-mĂȘme des incohĂ©rences dans ses croyances. En le laissant mener une enquĂȘte, il peut se balader plus ou moins librement dans l'asile et voir qu'il n'y a 
 bha 
 pas de salle de torture ou autre. Le but est qu'il se rende Ă  l'Ă©vidence : il est enfermĂ© parcequ'il a tuĂ© sa femme aprĂšs qu'elle ait tuĂ© leurs trois enfants.

Il lui faut donc parvenir à comprendre qu'il avait trois enfants, qu'il n'y a pas eu d'incendie qui a ravagé son appartement et tué sa femme. Ses cauchemars et ses hallucinations sont de plus en plus présents au fur et à mesure du film ainsi que ses migraines parceque son traitement usuel depuis deux ans s'estompe. Les effets diminuent et son manque augmente. Son colÚgue Chuck est en fait son psy attitré qui joue le jeu pour pouvoir le suivre au plus prÚs et l'orienter subtilement.

Tout ceci lui est révélé à la toute fin. Il vient de comprendre qu'il est plus ou moins retenu et qu'il ne quittera pas l'ßle. Une de ses hallucinations lui révÚle que l'asile sert à des expérimentations et qu'il a été drogué via la bouffe, les clopes, l'aspirine
 Bref, avec ces révÚlations il a décidé d'aller dans le dernier endroit inexploré de l'ßle : le phare. Et c'est là qu'il y retrouve le Docteur Cawley qui lui dévoile tout cela. Chuck arrive et lui révÚle qu'il était de mÚche et qu'il s'agit de la toute derniÚre tentative avant de passer aux électrochocs.

Teddy enfin Andrew de son vrai nom, accepte difficilement toute l'histoire et prend conscience des véritables évÚnements qui l'ont conduit à l'asile. Il comprend qu'il est violent et qu'il est en plein déni. Et c'est vrai qu'en tant que spectateur on comprend beaucoup mieux tout un tas de réactions que l'on voit dans le film. Les gardes trÚs méfiants quand ils le voient, on lui fait plusieurs fois mention de la violence, 


Bref, notre homme semble guĂ©rit et ĂȘtre dĂ©sormais conscient de ce qu'il a fait. Son dĂ©ni est terminĂ©.

DerniÚre scÚne du film. Notre type est là, Chuck / Docteur Sheehan s'assoit à cÎté de lui. Teddy semble reparti dans son délire et là Chuck s'en rend compte et fait un ptit signe aux autres docteurs au loin. Il est retombé dans son déni. C'est alors qu'il lance une derniÚre phrase : « Qu'est-ce qui serait pire ? Vivre en tant que monstre ou mourir en homme bien ? »

Cette derniÚre phrase ! Cette ultime phrase !!! Notre pauvre homme est bien conscient et plus dans le déni mais il préfÚre le simuler pour se faire lobotomiser et oublier la mort de ses gamins, sa femme et le fait qu'il est un meurtrier.

Rhaaaa mais ce final !!!!!! J'avais oublié ce détail mais pfiouuuu c'est la cerise et la crÚme chantilly sur le cake !

Ce film est un régal.