The Apartment

Histoire :

Baxter est un employé lambda dans une compagnie d'assurance. Mais il souhaite monter dans l'entreprise et donc pour cela accepte de prêter son appartement à ses supérieurs pour qu'ils puissent faire leurs ptites affaires hors du domicile conjugal.

Sa technique fonctionne et il a une première promotion grâce à ces loyaux services. Cependant il est amoureux de Miss Kubelik qui gère l'ascenseur et aimerait pouvoir un peu plus profiter de son logement.

Ressenti :

J'en avais jamais entendu parler de çui-là. C'est donc un film sorti en 1960 qui mélange de l'humour, de la romance et du drame.

Je suis de base pas trop client de comédie romantique et pas trop non plus des drames mais là le ton est suffisament léger pour que je me sois laissé emporter. C'était très plaisant et puis comme d'hab j'adore reluquer les trucs d'époques. Voir les bureaux avec les machines à écrire et les terminaux pour l'ordinateur (j'ai cru que c'était des telex au début mais j'ai bien l'impression que c'était relié à un mainframe), les bars, les apparts, la téloche avec sa télécommande filaire ! Je me suis régalé sur ça.

Mais pas que ça. Le film en lui-même a une histoire assez cool. C'est assez drôle de voir le personnage faire de la lèche à sa hiérarchie puis se rendre compte petit à petit que son poste il l'a eu facilement mais il pourra le perdre probablement aussi facilement.

Le gars est un peu trop gentil quand même. Plusieurs fois tu as envie de le secouer pour qu'il arrête de se faire marcher dessus par ses supérieurs.

Bon le film échoue lamentablement au test de Bechdel. Les seules fois où il y a deux femmes qui interagissent c'est effectivement pour parler de leur relation vis-à-vis du patron ou bien pour faire la boniche. Et globalement elles n'ont pas trop leur mot à dire. Et d'ailleurs, les deux seuls noirs que l'on voit ont des rôles peu ragoutant : il y en a un qui cire les pompes du grand ponte pour se faire refiler une malheureuse pièce et le second est en train de balayer et se fait poser un chapeau sur la tronche sans avoir rien demandé. Le film sort bien du début des années 60.

Dis donc la médecine à l'époque ça déconnait pas. Le voisin docteur qui colle des torgnoles sévères ça fait pas rêver.

Le film devait être une pièce de théatre à l'origine mais il s'est étoffé pour au final devenir un film avec quelques décors et tout. C'est marrant comme les projets à l'époque semblaient s'orienter d'abord pour le théatre pour au final muer vers le cinéma si c'est suffisament prométeur.

Ce film a raflé tout un tas de récompense dont le fameux oscar du meilleur film. Mais j'ai l'impression que maintenant il n'est plus trop connu. C'est ptet que moi, hein, mais je n'en avais pas entendu parler. Il vaut vraiment le coup.

Pendant un bon moment je me disais que l'acteur principal me disait quelque chose. C'est Jack Lemmon qui a joué dans Some Like it Hot l'année d'avant (c'est d'ailleurs le même réalisateur Billy Wilder). Faudrait que je me refasse ce film un de ces quatre d'ailleurs.

C'est marrant de voir que Shirley MacLean est encore dans des films 60 ans plus tard. La pauvre a toujours pas le droit à sa retraite…

Le film a un joli classement dans le top IMDB probablement un peu surnoté mais faut avouer que son histoire reste intéressante.