The Humans

Histoire :

La dernière de la famille emménage dans un appartement un peu miteux à New-York. Sa sœur, ses parents et sa grand-mère lui rendent visite à elle et son Jules afin de passer le repas de Thanksgiving.

Les différents sujets de conversation s'enchaînent dont certains assez douloureux. Les prises de becs émergent et les tensions s'exacerbent de plus en plus.

Ressenti :

Je ne savais pas à quoi m'attendre. C'est tourné avec certains codes des films d'horreur avec des plans du décor poussant le spectateur à trouver des indices d'une menace éventuellement surnaturelle. Il y a des très gros plans étouffants au possible. L'appartement est particulièrement oppressant.

C'est humide, vraiment mal éclairé, limite insalubre, sans meubles, sans couleurs, les fenêtres ne permettent pas de bien voir à travers. Pfiouuu cet appartemment est d'un déprimant voir anxyogène !

Heureusement qu'il y a toute la ptite famille pour apporter un peu de gaieté et de chaleur humaine. Hmmm Non ptet pas en fait. Ça va être vraiment très difficile sur cet aspect aussi.

Ce film m'a pas mal fait penser au film français Le Prénom mais en beaucoup moins léger et drôle. D'ailleurs les deux sont tirés de pièce de thêatre à l'origine.

C'est pas vraiment agréable à regarder mais on veut savoir ce qu'il va se passer.

spoil

Et bha rien. En fait il ne se passe rien.

Je m'attendais jusqu'au dernier moment à avoir un retournement, un dérapage dans l'horreur ou un truc mais en fait non. Ce ne sont que des discussions.

Mais du coup le fait de ne pas avoir de surprise m'a surpris !


L'appartement est au final une représentation de la famille.

De loin il a l'air plutôt neutre avec ses murs blancs et son parquet. Il a l'air assez spacieux et n'a pas de déco ni de meuble donc tout y est à faire.

Mais à y regarder de plus près, le père remarque qu'il y a des infiltrations d'eau, de la peinture qui cloque, des conduites qui se promènent, des bruits inexpliqués, la lumière qui flanche.

Ses deux habitants ne le trouve pas si horrible parcequ'ils ne cherchent pas à trouver les défauts car ils doivent faire avec, ils n'ont pas les moyens d'en changer. Donc ils vont faire au mieux pour tenter d'y apporter un peu de gaieté, de bonne ambiance (le feu par le vidéo-projecteur) tout en sachant que c'est de façade. Mais plus la soirée dure, moins la fille n'a envie de cette bonne ambiance virtuelle et elle passe son temps à éteindre le projecteur.

La grand-mère perd la lumière petit à petit comme les ampoules de l'appart. Le père a une crise de panique déclenché par au final rien de l'appart. La sœur trouve refuge à l'extérieur de l'appart alors qu'elle s'isole petit à petit.

À la toute fin le couple de l'appart s'en enfuit à cause des altercations, ils fuient la famille qui leur devient insupportable.

Je ne le regarderai probablement plus mais l'expérience était à vivre.